"Ministre avec Macron, ce ne sera pas ministre avec moi": le message de Bertrand à Le Maire et Darmanin

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Xavier Bertrand le 14 septembre 2021 à Roubaix - Ludovic MARIN © 2019 AFP
Xavier Bertrand le 14 septembre 2021 à Roubaix - Ludovic MARIN © 2019 AFP

Pas de retour en arrière. Interrogé sur le casting de l'équipe qui pourrait l'entourer en cas d'accession à l'Elysée, Xavier Bertrand a tenu à fixer une ligne claire.

"Ministre avec Macron, ce ne sera pas ministre avec moi", a insisté Xavier Bertrand ce lundi sur Franceinfo.

Aucune personnalité du gouvernement actuel, même de droite, comme Gérald Darmanin ou Bruno Le Maire, ne feront donc partie de son équipe s'il est élu président en 2022 a-t-il assuré, soulignant que cela n'avait "rien de personnel".

"Il a eu sa chance et il a échoué", a-t-il expliqué, fustigeant la politique du président sortant.

"Il ne faut pas qu'il y ait de confusion dans les esprits"

En juin dernier, Gérald Darmanin avait pourtant qualifié le président des Hauts-de-France d'"ami", au lendemain de la victoire aux régionales de celui dont il avait été le directeur de campagne lors des régionales de 2015. De son côté, Bruno Le Maire avait ironisé en avril dernier sur la candidature de l'ex-LR sur RMC-BFMTV, soulignant qu'il "ferait un excellent ministre de l'Economie d'Emmanuel Macron" quand celui-ci "aura été réélu président de la République".


"Il ne faut pas qu'il y ait de confusion dans les esprits", pour éviter la défiance des électeurs, avec l'idée qu'"en politique, ils finissent toujours par s'arranger", a justifié Xavier Bertrand. Le candidat a promis de "respecter ceux qui ne pensent pas" comme lui, s'il accède à l'Elysée. "J'ai beaucoup de défauts, mais je ne suis pas un mec sectaire", a-t-il pointé, soulignant qu'"un président ne doit pas avoir de parole blessante."

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles