La ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal : "L'idée est de renouer le contact avec les enseignants"

·1 min de lecture

Le retour partiel des étudiants à l'université, ça commence vraiment lundi?
Oui, un accueil par petits groupes de dix maximum, sur convocation, entre le 4 et le 11 janvier selon les universités. Cela concernera les étudiants les plus fragiles, les décrocheurs, ceux qui ont besoin d'une attention particulière, et notamment ceux nouvellement arrivés dans le supérieur, en situation de handicap, de précarité numérique ou internationaux. Les établissements déterminent les contours précis de ceux qui reviendront en priorité.

C'est du soutien scolaire plus qu'une reprise des cours?
Il y a les deux. A la fois des cours assurés par des enseignants et du soutien scolaire encadré par les tuteurs étudiants que les établissements sont en train de recruter.

Comment éviter les clusters après les réveillons de la Saint-Sylvestre?
Ce retour se fera dans des conditions très particulières. Il y aura évidemment le port du masque, le respect des gestes barrières, la distanciation sociale. Avec 10 étudiants dans des salles conçues pour en accueillir jusqu'à 50, on peut les espacer très largement. Et les établissements feront en sorte qu'il n'y ait pas de déjeuner sur place. L'idée sera de les réunir sur des demi-journées, par exemple trois heures le matin, plutôt que de les faire venir de 10h à 12h puis de 13h à 15h. S'il n'y a pas de brassage, il suffira de tester le groupe de dix si un jeune se révèle positif.

"

Le principe, c'est qu'on ne dépasse jamais 20% des effectifs étudiants sur une tranch...


Lire la suite sur LeJDD