"Un ministre innocent doit-il démissionner? Je ne crois pas": Damien Abad écarte tout départ du gouvernement

Damien Abad le 23 mai 2022. - Capture d'écran BFMTV
Damien Abad le 23 mai 2022. - Capture d'écran BFMTV

Depuis le parvis de la mairie de Saint-Jean-le-Vieux (Ain), le tout nouveau ministre des Solidarités Damien Abad a une nouvelle fois récusé les accusations de viols portées à son encontre, révélées ce week-end par Mediapart.

"Je conteste les accusations à mon encontre avec la plus grande fermeté. Toutes les relations sexuelles que j'ai pu avoir dans ma vie ont toujours été mutuellement consenties", a-t-il assuré.

"Je n'ai jamais violé une femme de ma vie"

Pour l'ancien président du groupe Les Républicains à l'Assemblée, ces accusations "infligent à moi et à mon entourage une blessure profonde". Une des deux plaignantes indique avoir bu une coupe de champagne en compagnie de Damien Abad en 2010, puis d'avoir perdu la mémoire. Elle se souvient simplement de s'être réveillée le lendemain dans une chambre d'hôtel en compagnie de l'élu. Une autre femme évoque une relation sexuelle en 2011 d'abord consentie, puis contrainte, empreinte "d'irrespect, d'injonction et d'insistance".

876450610001_6306676148112

Cette dernière plaignante a à deux reprises déposé plainte contre Damien Abad, plaintes qui ont toutes été classées sans suite. Le ministre ne fait aujourd'hui l'objet d'aucune procédure judiciaire.

"Je n'ai jamais violé une seule femme de ma vie", a martelé Damien Abad devant les journalistes ce lundi.

Comme il l'a déjà déclaré à nos confrères de Mediapart, le député de l'Ain a avancé son handicap comme argument prouvant ce qui serait son incapacité à violer une femme.

"J'ai toujours évité de mettre mon handicap en avant. J'ai été contraint de le faire aujourd'hui, pour me défendre, et même de dévoiler mon intimité en détails, en expliquant que les faits qui m'étaient imputés étaient matériellement impossibles", a-t-il assuré.

Pas de démission en vue

Et alors que bruissent déjà les rumeurs d'une possible démission, pour celui qui a terni les premiers jours du gouvernement d'Élisabeth Borne, Damien Abad a fermé la porte à toute démission venant de son initiative.

"Un homme innocent doit-il démissionner? Je ne crois pas", a-t-il indiqué.

"Désormais, je me consacre à ma mission de ministre. Un ministre qui souhaite être sur le terrain, au plus près de la vie quotidienne des Français. Garder les pieds sur terre, et je suis aussi pleinement engagé dans ma campagne pour les législatives", a-t-il précisé.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles