Le ministre Gérald Darmanin se réjouit de l’interpellation de l’iman Iquioussen en Belgique

© FRANCOIS GREUEZ/SIPA

En déplacement en Guyane, accompagné par le le garde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti à l'occasion des Assises de la sécurité organisées à Cayenne, le ministre de l'Intérieur a réagi à l'annonce de l'arrestation d'Hassan Iquioussen  par les forces de l'ordre belges, la veille, près de Mons. L'imam marocain, fiché S et sous le coup d'un mandat d'arrêt européen, avait échappé il y a un mois à la justice française qui venait d'ordonner son expulsion du territoire national.

« Je me réjouis que M. Iquioussen ait été interpellé aujourd'hui par les services belges, que je remercie très sincèrement », a ainsi déclaré le ministre à l'AFP. « Se soustraire à une décision d'expulsion du territoire national est un délit que le Code pénal condamne » a-t-il ajouté.

Une remise à la France qui pourrait prendre plusieurs semaines

Mis en cause en France pour des propos jugés « contraires aux valeurs de la République » et introuvable depuis le feu vert du Conseil d'Etat fin août à son expulsion, le prédicateur avait ensuite fait l'objet d'un mandat d'arrêt européen délivré par un juge d'instruction de Valenciennes, dans le Nord, pour « soustraction à l'exécution d'une décision d'éloignement »L'arrêté d'expulsion lui reprochait « un discours prosélyte émaillé de propos incitant à la haine et à la discrimination et porteur d'une vision de l'islam contraires aux valeurs de la République ». 

« Désormais il s'agit d'une coopération judiciaire entre la justice belge et la justice française. À la fin ...


Lire la suite sur LeJDD