La ministre de la Culture, Rima Abdul-Malak, ne ferme pas la porte à une fusion de l'audiovisuel public

Une fusion possible. Tandis qu'un récent rapport sénatorial a préconisé le rassemblement des entreprises de l'audiovisuel public (France Télévisions, Radio France, France Médias Monde et INA) dans un même ensemble, Rima Abdul-Malak, la nouvelle ministre de la Culture, n'a pas fermé la porte aujourd'hui à la mise en oeuvre d'une telle réforme. "Ce débat aura lieu", a-t-elle ainsi assuré au "Le Parisien" ce matin. "Ce qui m'importe, ce n'est pas le mécano-institutionnel mais les priorités de fond (...) Puis nous discuterons de l'organisation et verrons si cela doit se faire par une fusion ou par des modalités plus souples permettant de développer les synergies", a-t-elle ajouté.

Au cours de son premier plan de communication depuis sa nomination rue de Valois le 20 mai dernier, Rima Abdul-Malak a aussi confirmé l'intention du gouvernement de supprimer la redevance. Malgré l'absence de majorité absolue à l'Assemblée nationale pour Ensemble !, la nouvelle ministre pense ainsi "qu'on peut trouver des convergences avec beaucoup d'élus de droite et de gauche" en matière de Culture, comme elle l'a expliqué sur France Inter ce matin.

Calmer les inquiétudes

Lors de ses deux prises de parole, Rima Abdul-Malak a par ailleurs tenté de calmer les inquiétudes sur le futur mode de financement de l'audiovisuel public et les risques qu'il pourrait faire peser sur son indépendance. Elle a ainsi confirmé que la future dotation pluriannuelle...

Lire la suite


À lire aussi

"Le Figaro" piégé par un faux compte de la nouvelle ministre de Culture
Benjamin Biolay éreinte Franck Riester : "Dans le futur, le ministre de la Culture doit être un poids lourd politique"
Retour de la publicité après 20h : La ministre de la Culture s'y oppose

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles