Ministre en campagne, succession d'Olivier Dassault… Voici les enjeux des 4 législatives partielles du 30 mai

·1 min de lecture

Il y a certes la campagne des élections régionales de juin, mais d'autres candidats battent actuellement le pavé. En effet, quatre élections législatives partielles doivent se tenir les 30 mai et 6 juin, selon le décret publié le 13 avril au Journal officiel. Il s'agit de scrutins reportés en raison de la pandémie de Covid-19, ou pour cause de décès ou maladie. Ce seront les derniers de la législature : la loi interdit d'organiser une législative partielle à moins d'un an du renouvellement de l'Assemblée nationale qui se déroulera en juin 2022. 

Brigitte Bourguignon, une ministre sortante et candidate 

Les habitants de la sixième circonscription du Pas-de-Calais n'ont plus de représentant à l'Assemblée nationale depuis l'entrée, en juillet 2020, de la députée Brigitte Bourguignon (LREM, ex-PS) au gouvernement en tant que ministre déléguée chargée de l'Autonomie. A l'époque, son suppléant Ludovic Loquet devait prendre la suite au Palais Bourbon, mais il avait démissionné, préférant conserver son mandat de maire d'Ardres. Initialement prévue en novembre, la législative partielle a été reportée à trois reprises à cause de la pandémie de Covid-19.

L'ancienne présidente de la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale Brigitte Bourguignon est de nouveau candidate et laissera sa place à son suppléant - un autre donc, en la personne de Christophe Leclercq - en cas de victoire. En 2017, la déjà sortante avait été réélue avec près de 61% des voix face au FN, mais sans c...


Lire la suite sur LeJDD