Les minima sociaux coûtent-ils si cher à l'État?

1 / 2

Les minima sociaux coûtent-ils si cher à l'État?

Selon Emmanuel Macron, l'État dépenserait "un pognon dingue dans les minima sociaux" sans pour autant résoudre la pauvreté.

La déclaration n’est pas passée inaperçue. Dans une vidéo postée sur Twitter par sa directrice de communication Sibeth Ndiaye, Emmanuel Macron a affirmé que la France dépensait "un pognon de dingue dans les minima sociaux et les gens ne s’en sortent pas". "Je vais faire un constat qui est de dire: on met trop de pognon, on déresponsabilise et on est dans le curatif", a ajouté le chef de l’État à la veille de son discours devant la Mutualité pour préciser le cadre de sa politique sociale.

Dans les faits, le versement des minima sociaux, qui visent à assurer un revenu minimal à une personne en situation de précarité, représentent effectivement une part non négligeable des dépenses sociales de l’État. D’après les derniers chiffres fournis par une étude de la Drees, les dépenses d’allocations des minima sociaux atteignaient 25,6 milliards d’euros en 2015, soit 3,6% du montant des prestations de protection sociale et 1,2% du PIB français.

Le RSA, premier poste de dépenses

Entre 2009 et 2015, ces allocations dont bénéficient environ 4,1 millions de personnes en France ont même augmenté de 4,3% en moyenne par an en raison de la hausse de 2,9% des bénéficiaires et des plans de revalorisations des différents minima sociaux.

Dans le détail, c’est le RSA (revenu de solidarité active) et ses 1,9 million de bénéficiaires qui concentrent les dépenses les plus importantes...

Lire la suite sur BFM Business

Ce contenu peut également vous intéresser :