Le mini festival de Cannes ouvre ses portes

·2 min de lecture

C'est le plus grand festival de cinéma du monde et il n'a pu se tenir cette année : la 73e édition du Festival de Cannes, on s'en souvient, avait été annulée au printemps dernier pour cause de crise sanitaire. Mais une mini-édition ouvre ses portes ce mardi 27 octobre au soir, pour trois jours seulement.

C’est un événement ouvert au public, censé envoyer un message d'espoir à l'industrie du cinéma, asphyxiée par la crise... Il y aura bien des montées des marches du palais des festivals, mais aucune star sur le tapis rouge pour poser devant les objectifs des photographes...

Ce n'est pas une mini-, mais une micro-édition du Festival de Cannes... L'amphithéâtre Lumière, qui peut accueillir 2 300 personnes, n'en abritera que 1 000. Les spectateurs devront porter une tenue de soirée, mais aussi un masque, et quitter les lieux dès le générique de fin, couvre-feu oblige.

À écouter aussi : Thierry Frémaux, organisateur du Festival de Cannes 2020, une mini-édition «hors normes»

Quatre longs métrages de la sélection officielle (qui en compte 56) sont présentés au public : en ouverture ce mardi soir, Un triomphe, d'Emmanuel Courcol, avec Kad Merad animant un atelier théâtre en prison, Beginning, le premier long métrage remarqué de la Géorgienne Dea Kulumbegashvili, True Mothers, de la Japonaise Naomi Kawase, et Les deux Alfreds, de Bruno Podalydès.

Une Palme d'or sera même décernée, celle du court-métrage, par un jury rassemblant notamment le réalisateur Rachid Bouchareb ou la comédienne Céline Salette... L'objectif de cette édition est surtout symbolique : montrer que le milieu du cinéma résiste, et soutenir la ville de Cannes qui vit principalement de l'animation de l'activité de son palais des festivals...

À lire aussi : Les nouvelles frontières numériques du Festival de Cannes 2020