Mines antipersonnel: Washington entend reprendre le chemin du désarmement

La Maison Blanche a annoncé, ce mardi 21 juin, que les États-Unis allaient renoncer à utiliser des mines antipersonnel terrestres, et s'engager à ne plus en développer, en produire ou en exporter, pour à terme pouvoir rejoindre le traité d'Ottawa. Précision : « l'exception » demeurera dans la péninsule de Corée.

« Aujourd'hui, l'administration Biden-Harris annonce une étape importante pour limiter l'utilisation des mines terrestres antipersonnel par les États-Unis », peut-on lire dans le communiqué rendu public par Washington ce mardi, à rebours des orientations prises pendant les années de présidence Trump.

Communiqué d'Adrienne Watson, porte-parole du Conseil de sécurité nationale.

Les États-Unis aligneront leur politique concernant l'utilisation de ces armes en dehors de la péninsule coréenne sur les dispositions clés de la Convention d'Ottawa, le traité international interdisant l'utilisation, le stockage, la production et le transfert de mines terrestres antipersonnel. En outre, le président interdira le développement, la production et l'acquisition de mines terrestres antipersonnel interdites en vertu de la Convention d'Ottawa, et demandera au ministère de la Défense d'entreprendre des efforts diligents pour rechercher des alternatives aux mines terrestres antipersonnel qui seraient conformes et finalement permettre aux États-Unis d'adhérer à la Convention d'Ottawa, tout en garantissant notre capacité continue à répondre aux contingences mondiales.

Reprendre une place de leadership


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles