MineOne, quand les bitcoins chinois "made in America" font peur à l'Amérique

Le président américain Joe Biden a ordonné à MineOne, une société chinoise de cryptomonnaie installée aux États-Unis, de quitter le sol américain. Située juste à côté d’une base militaire essentielle pour le programme nucléaire américain, elle était accusée d’être une “menace pour la sécurité nationale”.

MineOne est non grata sur le sol américain depuis mardi 14 mai. Sur ordre du président américain Joe Biden, cette entreprise chinoise de minage de bitcoins située dans le Wyoming doit plier bagage en moins de 120 jours.

Ce site représenterait une "menace pour la sécurité nationale américaine", précise le communiqué de la Maison Blanche. Sa faute ? S’être installé près de la ville de Cheyenne, à quelques pas d’un site militaire américain très sensible et d’un centre de données de Microsoft dont le Pentagone est un important client.

Microsoft en lanceur d'alerte

Alors que les projecteurs médiatiques sont braqués sur la décision américaine d’imposer d’importants droits de douanes aux importations de voitures électriques chinoises aux États-Unis, cette autre sanction, passée bien plus inaperçue, est pourtant "symptomatique à bien des niveaux de la détérioration des relations sino-américaines", assure Marc Lanteigne, sinologue à l'Université arctique de Norvège.

D’abord, selon cet expert, parce que MineOne incarne parfaitement ce que les "faucons de la politique chinoise à Washington" dénoncent : le manque de transparence d'une entreprise qui utilise "du matériel à finalité double [civile ou militaire, NDLR]", résume Marc Lanteigne.


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Les États-Unis deviennent numéro un mondial du "minage" de bitcoin
Reportage : le Texas, nouvel eldorado du minage de bitcoin
La Chine juge illégales les transactions financières en cryptomonnaies