Des milliers de nationalistes manifestent en Pologne pour la fête de l'Indépendance

·2 min de lecture
DES MILLIERS DE NATIONALISTES MANIFESTENT EN POLOGNE POUR LA FÊTE DE L'INDÉPENDANCE
DES MILLIERS DE NATIONALISTES MANIFESTENT EN POLOGNE POUR LA FÊTE DE L'INDÉPENDANCE

VARSOVIE (Reuters) - Des milliers de personnes ont participé mercredi à Varsovie au défilé annuel pour la fête nationale de l'Indépendance en Pologne, un rassemblement généralement propice aux revendications nationalistes, malgré l'interdiction décidée par la mairie en raison de l'épidémie due au nouveau coronavirus.

Pour contourner cette interdiction de rassemblement, la commémoration était censée prendre la forme d'un cortège de voitures dans les principales artères de la capitale polonaise mais des manifestants se sont répandus dans les rues adjacentes et la police anti-émeutes a dû faire usage de gaz irritant en raison des violences survenues le long du parcours.

La police de Varsovie a fait état sur Twitter de plusieurs agents blessés tandis que des images diffusées sur les réseaux sociaux ont montré des tirs de fusées éclairantes contre les forces de l'ordre.

Au milieu des nuages de fumée provoqués par ces torches, les manifestants ont défilé en brandissant des drapeaux polonais blanc et rouge et certains portaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : "Notre civilisation, nos règles".

Cette fête nationale est chaque année un moment de tensions entre, d'un côté, des groupes d'extrême droite et des partisans du gouvernement conservateur du parti Droit et Justice et, de l'autre, l'opposition libérale.

La municipalité de Varsovie, dirigée par le centriste Rafal Trzaskowski, a accusé la police nationale d'avoir facilité le déroulement de cette manifestation.

"La loi est violée ici", a dit Karolina Galecka, porte-parole de la municipalité. "La police a passé 12 heures à préparer la sécurité de la manifestation, nous n'en avons pas été informés (...) et on peut dire à ce niveau que la police est co-organisatrice."

Il n'a pas été possible d'obtenir de commentaire de la police.

Entouré par une foule scandant "Dieu, honneur, patrie", le député du Mouvement national (RN) Robert Winnicki a exhorté les manifestants à se "rebeller au nom des valeurs et de l'unité nationale".

"La gauche vous dit qu'elle offre la liberté. De quelle liberté s'agit-il ? C'est la liberté de boire, de se droguer et d'avoir des relations sexuelles libres. C'est là toute la liberté qu'ils ont à proposer", a-t-il dit.

Des voitures klaxonnant ont franchi un pont de Varsovie entourées de piétons dont certains brandissaient des symboles religieux ou des pancartes montrant l'emblème communiste, le marteau et la faucille, barré.

Une camionnette affichant une banderole "Non aux demandes juives" est aussi apparue, cette inscription faisant manifestement référence à l'éventuelle restitution de biens spoliés durant l'occupation de la Pologne par l'Allemagne nazie.

Une autre camionnette a véhiculé le message "Famille normale - Pologne forte", un slogan utilisé par les opposants aux revendications des personnes LGBT.

(Alicja Ptak, Alan Charlish et Justyna Pawlak; version française Bertrand Boucey)