Un millier d'élèves qui n’ont pas pu être évalués saisissent la médiatrice de l'Éducation nationale

Ambre Lepoivre
·1 min de lecture
Des étudiants devant les résultats du bac. (photo d'illustration) - STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Des étudiants devant les résultats du bac. (photo d'illustration) - STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Ils sont plus d’un millier de mécontents. Des étudiants, pour la plupart en CAP et BTS, n’ont pas obtenu leur diplôme. Leur niveau devait être évalué sur la base du contrôle continu en raison de l’épidémie de Covid-19 et du confinement mais leurs jurys ont considéré "qu'ils n'avaient pas les éléments pour apprécier le travail de ces élèves", indique à France info Catherine Becchetti-Bizot, médiatrice de l'Éducation nationale.

Les jurys leur ont ainsi refusé leur diplôme en raison des retours trop rares de leurs professeurs: les étudiants en BTS et CAP passent une grande partie de leur scolarité en entreprise et côtoient moins leurs enseignants.

"Certaines personnes ont le sentiment qu'on les renvoie en septembre pour passer leurs épreuves professionnelles alors qu'en fait elles avaient suivi la formation de manière rigoureuse et sérieuse pendant l'année et qu'on aurait pu évaluer leur travail en stage ou en entreprise dès le mois de juillet", explique Catherine Becchetti-Bizot.

Des jurys "plus rigoureux que les services des examens"

Quand les académies ont accepté les évaluations sur la base du contrôle continu, "on n'avait pas prévu que les jurys seraient plus rigoureux que les services des examens", commente la médiatrice de l'Education nationale.

Les handicapés font également partie du millier d’élèves à avoir saisi la médiatrice car l’évaluation du contrôle continu porte sur les notes des deux premiers trimestres. Problème: l’aménagement de leurs cours fait que leurs notes sont plus nombreuses et souvent meilleures aux troisième trimestre.

Article original publié sur BFMTV.com