Pour le milliardaire Jared Isaacman, l'ère du tourisme spatial est ouverte

·2 min de lecture

D'ici la fin de l'année, Jared Isaacman, jeune milliardaire américain féru de pilotage et passionné par l'exploration spatiale, devrait tourner autour de la Terre aux commandes d'une mission spatiale entièrement composée de "touristes", grâce à une fusée Falcon 9 de SpaceX affrétée à ses frais.

Baptisée Inspiration4, la mission sera la première du genre à n'envoyer dans l'espace que des "civils", sans aucun astronaute professionnel pour les épauler. C'est le projet d' l'Américain Jared Isaacman qui devrait le voir aux commandes d'une Falcon 9 de SpaceX. "C'est le premier pas vers un monde où tout un chacun peut voyager dans les étoiles", s'enthousiasme le milliardaire, sourire jusqu'aux oreilles en expliquant son projet à l'AFP devant le siège de SpaceX à Hawthorne, dans la banlieue de Los Angeles.

Le patron de l'entreprise financière Shift4 Payments - qu'il a créée à l'âge de 16 ans dans son sous-sol - est un pilote expérimenté, qualifié pour voler sur des appareils militaires. Il détient un record de tour du monde en jet (62 heures) et a fondé en 2012 une société prodiguant notamment des formations aux pilotes de l'armée de l'air américaine, Draken International. "Je suis passionné par l'espace et l'aviation depuis aussi longtemps que je m'en rappelle. Lorsque j'étais en maternelle, je me souviens que je regardais un livre sur la navette spatiale et que j'ai dit à mon institutrice qu'un jour, j'irai dans l'espace", raconte-t-il.

Si tout se passe comme prévu, son rêve d'enfant sera exaucé au cours du dernier trimestre 2021. Et c'est un plaisir que Jared Isaacman a décidé de partager avec des anonymes auxquels il offre les trois sièges à ses côtés à bord de la capsule Dragon, le même modèle que celle qui a réussi en novembre dernier à mettre en orbite quatre astronautes en route vers la Station spatiale internationale (ISS).

Des "gens comme les autres"

"Ce qu'il y a sans doute de plus enthousiasmant dans cette mission, c'est que nous ouvrons le processus de sélection aux gens comme les autres. Il y en a qui se promènent aujourd'hui et qui ne se rendent pas compte que, dans trente jours, ils se prépareront à enfiler une combinaison spatiale", lance le milliardaire de 37 ans. L'idée est d'avoir "un équipage qui reflète les valeurs clefs de cette mission". Le[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi