Milla Jasmine fracasse les rumeurs immondes de scatophilie : "Je suis passée (...) de stripteaseuse à une femme qui mange de la m*rde"

Milla Jasmine dément les accusations de scatophilie : "Je n'en fais pas partie et je n'en ai jamais fait partie"

Après le célèbre caca d'Amber Heard évoqué au procès par les témoins de Johnny Depp, une autre histoire de caca a créé le buzz sur les réseaux ! C'est l'affaire "Dubaï Porta Potty" (en référence aux toilettes publiques portatives à Dubaï). Milla Jasmine a répondu aux accusations de scatophilie et de prostitution. Pour rappel, Wassim TV a révélé que des milliardaires paieraient des candidates de télé-réalité des milliers de dollars... pour leur faire caca dans la bouche ! Et le noms de Milla Jasmine est sorti, parmi d'autres.

"Pas mal d'influenceuses que vous voyez sur les réseaux sociaux sont en effet des escortes. Elles sont payées pour passer du temps avec des milliardaires à Dubaï. Mais si elles veulent plus d'argent, elles doivent faire pas mal de choses" avait expliqué le blogueur, "on peut voir un homme qui fait caca dans la bouche d'une femme". "Et c'est qu'en acceptant ça qu'elles peuvent se faire 20 000 dollars en une soirée" avait-il déclaré, avant d'ajouter qu'elles seraient aussi payées pour "avoir des relations intimes avec les chiens et avec des chameaux".

Mêlée à cette histoire sordide, Milla Jasmine a décidé de réagir et elle rappelle qu'elle a été stripteaseuse aux Etats-Unis dans le passé, comme elle ne l'a jamais caché : "Ce n'est un secret pour personne, mais je ne laisserai pas...

Lire la suite


À lire aussi

Clara (Secret Story 7) : son bilan 2013 ? "De petite fille, je suis passée à femme"
Kim Kardashian agressée à Los Angeles ? La femme de Kanye West répond aux rumeurs
Alix (Les Marseillais) battue par un ex : "Je me suis laissée traiter comme une m*rde"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles