Militants CGT blessés le 1er mai : Gérald Darmanin dédouane la police

Source AFP
·1 min de lecture
Le parquet a annoncé dimanche l'ouverture d'une enquête pour « violences volontaires » et « dégradations ».
Le parquet a annoncé dimanche l'ouverture d'une enquête pour « violences volontaires » et « dégradations ».

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a affirmé, mardi 4 mai 2021, qu'il n'y avait pas eu de « ?ratés? » de la police lors de la manifestation du 1er mai au cours de laquelle des militants CGT ont été blessés. « ?Il n'y a pas eu de ratés? » de la part de la police, « ?il y a eu une bagarre entre des Gilets jaunes et la CGT? », a déclaré sur Radio Classique Gérald Darmanin.

Lundi, sur Public Sénat, le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, a mis en cause les techniques du maintien de l'ordre de la préfecture de police de Paris. « ?Il y a des règles dans les manifestations. [?] Les organisateurs doivent gérer la manifestation? », a lancé Gérald Darmanin, ajoutant : « ?Le préfet de police a tenu dans les règles la sécurité de la manifestation. »

Une enquête ouverte

Le parquet a annoncé, dimanche, l'ouverture d'une enquête pour « ?violences volontaires? » et « ?dégradations? ». Le syndicat avait déploré samedi « ?21 blessés, dont 4 graves? », et la dégradation de plusieurs véhicules. Des sources au sein de la CGT et de la police avaient pointé du doigt la responsabilité de Gilets jaunes.