La militante laïque Floriane Gouget à nouveau ciblée et menacée sur Twitter

·1 min de lecture

Insultée, harcelée, menacée, Floriane Gouget, 18 ans, fait les frais de son engagement en faveur de la laïcité. Ce 11 avril, son compte Twitter a été piraté et son adresse partagée sur Internet.

" La situation quitte le virtuel pour le réel ", s'inquiète Floriane Gouget. À seulement 18 ans, la militante laïque, cofondatrice de l'association Dernier Espoir, est régulièrement insultée, harcelée et menacée sur les réseaux sociaux. Son crime ? Être fièrement engagée en faveur de la laïcité et mettre régulièrement en valeur les caricatures de Charlie Hebdo. Mais alors que les messages de haine contre elle sont devenus une habitude, la tension a franchi un cap ce 11 avril avec le partage de son adresse personnelle sur Twitter.Nous réagissons suite à la suspension du compte Twitter de notre camarade #Mila.Nous trouvons la censure de #Mila inacceptable."Les victimes de harcèlement sont bannis quand les harceleurs restent impunis!"Nous n’avons pas peur! @ZinebElRhazoui @marika_charlie @CarolineFourest pic.twitter.com/KpDyOqz2hJ— Dernier Espoir (@espoir_dernier) March 14, 2021 Jetée en pâture sur InternetDimanche soir, Floriane apprend que son compte Twitter fait l'objet de tentatives de connexions. Lorsqu'elle essaye d'y accéder, " le mot de passe ne fonctionnait plus et même le numéro de téléphone a été changé, m'empêchant de modifier les identifiants ", raconte-t-elle.Quand elle se rend sur son profil avec le compte d'une amie, Floriane est fixée : " Ma bio a été...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République