Militaires tués au Mali : le temps de l'émotion et du recueillement

Le bruit des mirages a résonné dans le ciel de Pau, dans les Pyrénées-Atlantiques. L'armée de l'air a rendu hommage à ses frères d'armes morts au Mali. Le matin du mercredi 27 novembre, les parachutistes se sont élancés au-dessus de la base du 5e régiment d'hélicoptères de combat endeuillés. Parmi les victimes : le lieutenant Pierre-Emmanuel Bockel, 28 ans. Il pilotait l'hélicoptère Cougar qui s'est écrasé lundi 25 novembre avec dix autres soldats à son bord.

Les hommages se multiplient Depuis l'annonce du drame, les hommages se multiplient. Devant l'hôtel de ville de Pau, une minute de silence a été organisée. Anciens combattants, soldats, simples citoyens ou familles de militaires, tous tenaient à être présents à cette cérémonie. Même émotion dans les rues de Gap (Hautes-Alpes), où La Marseillaise a retenti le soir du mardi 26 novembre.