Militaires tués au Mali : la population rend hommage aux victimes

Derrière les grilles de la base militaire de Pau, dans les Pyrénées-Atlantiques, c'est l'émotion et les larmes des proches des soldats tués au Mali, lundi 25 novembre. Sept des 13 victimes faisaient partie du 5e régiment des hélicoptères de combat de Pau. C'est toute une ville qui est endeuillée. Sur la façade de l'Hôtel de ville, les drapeaux sont en berne et les portraits des sept hommes morts au combat sont exposés. Sur un cahier mis à disposition, les messages d'hommage d'anonymes sont nombreux. Des proches inconsolables Parmi les victimes, le lieutenant Pierre Bockel, 28ans. Bouleversé, son père, le sénateur Jean-Marie Bockel, salue son courage et son engagement. "C'est une douleur indicible, on n'est jamais préparés, même si on connaît le risque, même si notre fils le connaissait aussi. Avec nous, il le minimisait toujours pour nous rassurer", explique-t-il. Dans toute la France, l'heure est au recueillement pour les 13 soldats morts au combat.