Avec Mike Horn, Dassault Systèmes lance un laboratoire virtuel pour la préservation de l’eau

·2 min de lecture

Dassault Systèmes, éditeur de logiciels spécialisé dans la conception 3D, veut encourager les sociétés à utiliser sa plateforme d'incubateur d'idées pour imaginer des innovations durables.

«Water for Life». C’est le nom qu’a choisi Dassault Systèmes pour le deuxième volet de sa campagne «The Only Progress is Human». La compagnie européenne a lancé une initiative pour «aider» les entreprises à «mesurer et optimiser leur empreinte en eau». «Le monde entier reconnaît qu’il est urgent de préserver l’eau et d’évoluer vers une nouvelle ère de responsabilité et de durabilité», a déclaré dans un communiqué de presse Bernard Charlès, directeur général de Dassault Systèmes, avant de poursuivre : «Les univers virtuels permettent à nos clients d'imaginer, de concevoir et de tester des produits, matériaux et procédés de fabrication radicalement nouveaux nécessaires à l'économie plus durable de demain.».

Dassault Systèmes veut se servir de son incubateur «3DEXPERIENCE Lab», pour rassembler «une communauté de personnes intelligentes, créatives et passionnées, ayant pour ambition d'affecter positivement la société par la création de projets révolutionnaires, en rupture avec ce qui existe». Pour ce deuxième volet, sociétés, start-ups et inventeurs sont invités à promouvoir leurs idées via cette page. Parmi les projets déjà exposés : une hydrolienne à membrane ondulante inspirée par le bio-mimétisme ou encore un voilier doté d’un système de contrôle permettant aux personnes souffrant de handicap de le piloter facilement.

Mike Horn, parrain de l'initiative

Dans un second temps, Dassault Systèmes veut utiliser sa plateforme «pour mesurer et optimiser l’empreinte en eau des entreprises». Le but final étant de mettre à disposition de ses clients des solutions industrielles intégrées qui fournissent des données concernant la consommation d’eau. «Par la suite, des recommandations générées par intelligence artificielle(...)


Lire la suite sur Paris Match