Migrants refoulés à cheval au Texas: excuses d'officiels américains en visite en Haïti

·1 min de lecture

Il y a deux semaines, les images de migrants haïtiens refoulés sans ménagement par des policiers américains à cheval ont choqué à travers le monde. Joe Biden s’était déjà déclaré « horrifié » par des comportements qu’il a jugés « scandaleux ». En fin de semaine, des hauts cadres américains ont présenté des excuses officielles lors de leur visite à Port-au-Prince. Les États-Unis répètent qu’ils sont prêts à soutenir Haïti face à la crise socio-économique, sans pour autant s’ingérer dans les affaires politiques.

Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

« Tout migrant mérite d’être traité avec dignité. ». Juan Gonzalez a pesé ses mots. L’assistant spécial auprès du président Joe Biden a formellement présenté des excuses.

« Nous avons tous vu les images du traitement des Haïtiens à notre frontière et je tiens à dire que c’était une injustice, a-t-il déclaré. C’était mal et je tiens à m’excuser auprès du peuple haïtien. Ce n’est pas la façon avec laquelle nos agents à la frontière ou ceux du département de la Sécurité intérieure [doivent agir]. »

Brian Nichols a mené cette délégation américaine en Haïti. Le fraîchement nommé secrétaire d’État adjoint aux Affaires des Amériques a dit et répété qu’il revenait aux Haïtiens de trouver une issue à la crise politique du pays.

À écouter : Crise migratoire à Del Rio au Texas: une bombe à retardement pour Joe Biden ?

« Les États-Unis ne vont pas choisir les gagnants et les perdants »

« Aucune solution imposée de l’étranger ne pourra fonctionner pour Haïti et ses habitants. » Et Brian Nichols a insisté : « Les États-Unis ne vont pas choisir les gagnants et les perdants. Le futur d’Haïti dépend de ses citoyens. »

Le FBI continue d’enquêter sur l’assassinat du président Jovenel Moïse, tué par un commando recruté par une entreprise de Floride. Mais quant à créer un éventuel tribunal spécial international sur cette affaire, les officiels américains n’ont pas répondu.

À lire aussi : Haïti: les élections reportées «sine die» après le renvoi du conseil électoral provisoire

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles