Migrants : un rapport dénonce l'enfermement d'enfants dans les centres de rétention

Jacob, Etienne
Un migrant en situation irrégulière, au centre de rétention administrative du Canet, le 31 janvier 2014. / ANNE-CHRISTINE POUJOULAT/AFP

Dans un avis rendu public ce jeudi, le Contrôleur général des lieux de privation de liberté s'inquiète des conséquences psychiques de l'enfermement d'enfants de migrants dans des centres de rétention administrative, une pratique en forte hausse dans l'Hexagone.

Les centres de rétention administrative sont dans le viseur du Contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL). Dans un avis du 9 mai 2018 et publié jeudi au Journal officiel, l'autorité administrative, dirigée par Adeline Hazan, pointe du doigt la hausse constante du nombre d'enfants enfermés dans ces lieux. Créés en 1981 après l'élection de François Mitterrand, les CRA permettent de retenir jusqu'à 45 jours les étrangers interdits de séjour afin de procéder à leur éloignement, souvent dans leur pays d'origine. On en compte vingt-quatre dans l'Hexagone.

Fin 2017, l'association La Cimade avait d'ores et déjà noté une «explosion de l'enfermement» dans ces lieux. Mais cette fois, ce sont les enfants qui sont concernés: 304 d'entre eux ont été placés dans des CRA en 2017, contre seulement 41 quatre ans plus tôt. Et la tendance se poursuit: pour les quatre premiers mois de l'année 2018, 77 enfants y ont été enfermés, principalement à Metz et Mesnil-Amelot. «Cette situation suscite l'inquiétude du CGLPL au regard des effets contraires aux droits fondamentaux de ces enfants qu'un tel traitement entraîne», observe Adeline Hazan.

Troubles psychiques

Et ce n'est pas tout. Selon le contrôleur général, de nombreuses familles ont été placées dans des CRA «pour y passer la nuit avant leur transport le lendemain matin vers l'aéroport». Un hébergement censé ne durer que quelques heures, mais parfois prolongé jusqu'à deux semaines. «Cette mesure est surtout destinée à faciliter le travail de l'administration en vue de (...)

Lire la suite sur Figaro.fr

 

Ce contenu peut également vous intéresser :