Migrants: «La politique migratoire européenne est à la fois frileuse et lâche, voire criminelle»

Reuters

À l'occasion de la sortie ce jeudi 3 novembre du recueil de nouvelles inédites SOS Méditerranée, Les écrivains s’engagent, entretien avec l'écrivain Jean-Marie Laclavetine, coordinateur du projet.

Marie Ndiaye, Wifried N’Sondé, Leila Slimani ou encore Marie Darrieusecq... Dix-sept auteurs publient ce jeudi, aux éditions Folio, le recueil de nouvelles inédites SOS Méditerranée, Les écrivains s’engagent. Un livre caritatif dans lequel chacun, avec ses mots, s'exprime sur ces traversées dans des embarcations de fortune souvent meurtrières. Entretien avec Jean-Marie Laclavetine, auteur plusieurs fois récompensé du Prix Goncourt des lycéens et éditeur chez Gallimard.

RFI : Vous et les 17 auteurs de cet ouvrage avez décidé de vous engager en faveur de l’ONG SOS Méditerranée, une organisation qui intervient quotidiennement pour venir en aide aux personnes qui tentent la traversée de la mer Méditerranée. Pourquoi ?

Jean-Marie Laclavetine : L'idée, c'était de faire connaître davantage l'action de SOS Méditerranée et de le faire par le biais de l’écriture de textes par des écrivains reconnus qui se sont déjà engagés publiquement sur cette question de la migration, car c'est un sujet qui me paraît crucial, essentiel pour nos démocraties. Il interroge : « Jusqu'où est-on prêt à défendre nos valeurs démocratiques ? ».

Il faut vraiment soutenir cette association, SOS Méditerranée, parce qu’elle sauve non seulement des migrants, mais elle sauve notre honneur aussi.


Lire la suite sur RFI