Migrants en mer : "Les politiques européennes de dissuasion tuent", accuse MSF

franceinfo
Les navires humanitaires des ONG allemandes Sea-Watch et Sea-Eye ont finalement pu, après une vingtaine de jours de négociation, accoster à Malte. Aloys Vimard, coordinateur de projet MSF sur l'Aquarius, dénonce sur franceinfo l'indignité des politiques européennes.

Après 19 jours de négociation au niveau européen, les navires humanitaires des ONG allemandes Sea-Watch et Sea-Eye ont pu accoster mercredi après-midi à Malte. Les quelque 180 migrants seront accueillis par neuf pays différents, dont la France et l'Allemagne. "Ces politiques [européennes] mettent délibérément en danger des personnes déjà vulnérables", a dénoncé jeudi 10 janvier sur franceinfo Aloys Vimard, coordinateur de projet MSF sur l'Aquarius.

franceinfo : Ce dénouement est-il un soulagement pour vous ?

Aloys Vimard : Oui, c'est le mot. Le soulagement face à l'inacceptable, face à la honte. Dix-neuf jours pour attendre que les pays de l'Union européenne fassent preuve d'un minimum de décence. On l'a connu à bord de l'Aquarius. On se dit que ce n'est pas possible. On est témoins de ces politiques qui mettent délibérément en danger des personnes déjà vulnérables tout cela en violation des droits internationaux maritimes. La route migratoire en Méditerranée est la plus meurtrière, mais ce qui tue ce ne sont pas les vagues, les tempêtes, mais ces politiques européennes de dissuasion qui par tous les moyens essaient d'empêcher ces personnes d'atteindre les côtes européennes. C'est indigne.

Le problème est souvent le port d'accueil des migrants. La répartition s'organise ensuite ?

Ces négociations, ces discussions politiques des Etats membres doivent avoir lieu. Cela fait sept mois que l'on demande qu'un mécanisme commun prévisible et durable soit mis en (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi