Migrants: le principal camp de Grande-Synthe démantelé, les traversées se poursuivent

·3 min de lecture

Un important campement d'environ un millier de migrants a été évacué sans heurts mardi à Grande-Synthe (Nord), au moment où Londres et Paris reprenaient langue pour tenter de tarir les traversées migratoires de la Manche, après plusieurs jours de tensions.

L'évacuation s'est achevée en début d'après-midi: 663 migrants ont été "mis à l'abri" et 35 passeurs présumés interpellés, selon un communiqué de la préfecture du Nord. D'autres sont partis, auront leur droit de séjour examiné ou recevront un traitement judiciaire.

Les exilés ont été conduits par cars "à l’écart du littoral", dans "des centres d’hébergement répartis dans le Nord" et "d’autres régions françaises".

Le préfet, Georges-François Leclerc, s'était plus tôt félicité d'une évacuation menée "dans le calme". Il a précisé que le campement, d'environ un millier de personnes, abritait "essentiellement des Irakiens, Pakistanais et Syriens".

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, avait annoncé dans un tweet le lancement de l'opération sur ce "campement illicite", installé sur une friche industrielle.

L'opération a été menée après une montée de tension entre Paris et Londres mais selon l'entourage du ministre, elle était prévue indépendamment de la visioconférence lundi soir entre M. Darmanin et son homologue Priti Patel.

Dans un communiqué commun publié mardi, les deux ministres indiquent être convenus "de renforcer encore la coopération opérationnelle" pour "mettre fin aux traversées dangereuses" de la Manche.

- Nouvelles évacuations -

"J’alerte les services de l’État sur le fait que ce dossier n’est pas clos", a réagi le maire socialiste de Grande-Synthe, Martial Beyaert, lors d'une conférence de presse.

"Si dans les prochains jours (...) de nouveaux camps se forment ce sera bien évidemment un échec", a-t-il ajouté, appelant à la mise en place d'une "table ronde pour parler de l’avenir des migrants".

"Nous sommes très inquiets car nous ne savons pas ce qui est proposé aux personnes" du camp, a dit à l'AFP Anna Richel, coordinatrice de l'association Utopia 56. "L’État s'attaque à des personnes qui n'ont rien, sans jamais travailler sur les causes."

Le préfet du Nord a promis de nouvelles évacuations "dans les jours qui viennent" à Dunkerque.

Une cinquantaine de migrants ont par ailleurs été évacués mardi à Marck et "52 personnes" sur "d’autres sites à Calais", selon la préfecture du Pas-de-Calais.

Depuis des années, des migrants affluent sur le littoral des Hauts-de-France dans l'espoir de rallier le Royaume-Uni, avec une envolée depuis 2020 des traversées à bord de petites embarcations.

Selon le Royaume-Uni, 22.000 migrants avaient ainsi réussi vendredi à rallier l'Angleterre depuis janvier. Le bilan humain s'élève à trois morts et quatre disparus.

Des dizaines d'opérations de sauvetage ont d'ailleurs été menées mardi dans le détroit, selon la préfecture maritime.

Le traitement des migrants cristallise les critiques des associations et responsables humanitaires, ainsi que d'élus.

- "Urgence" -

Selon un collectif d'associations (dont Médecins du monde, la Ligue des droits de l'Homme ou la Fondation Abbé Pierre), les expulsions des camps et abris informels ont bondi de 23% en 2021, la majorité (77%) concernant les villes du Calaisis et de Grande-Synthe.

Dans un rapport mardi, une commission d'enquête parlementaire sur les migrations a appelé l’État à renoncer à la politique du "zéro point de fixation" sur le littoral nord, au vu des conséquences "massives" sur le quotidien des migrants.

A Calais, où le gouvernement a dépêché un médiateur, deux militants associatifs poursuivent aussi une grève de la faim depuis le 11 octobre pour dénoncer le traitement "inhumain" des migrants et réclamer un moratoire sur les démantèlements. Ils ont annoncé une conférence de presse mercredi.

Les tensions entre Londres et Paris s'étaient ravivées vendredi, après un record la veille du nombre de traversées illégales, 1.185 migrants ayant réussi à atteindre les côtes anglaises.

Avant de rencontrer son homologue, qui avait qualifié cette situation d'"inacceptable", M. Darmanin avait rétorqué lundi que la France n'avait "pas de leçons à recevoir des Britanniques".

cor-zap/cab/gvy

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles