Migrants: une grève de la faim pour dénoncer le harcèlement quotidien des exilés à Calais

·2 min de lecture

À Calais, dans le nord de la France, ville frontière avec la Grande-Bretagne de l'autre côté de la Manche, cela fait 11 jours qu'un prêtre et deux militants associatifs ont cessé de s'alimenter pour dénoncer les conditions de vie des 1 000 à 1 500 migrants, installés dans des camps de fortune à la lisière de la ville. Ils dénoncent le harcèlement quotidien des forces de l'ordre et la destruction quasi-systématique des biens des exilés.

Avec notre envoyée spéciale à Calais, Marie Casadebaig

Une table avec quelques boissons chaudes, des lits de camp, les trois grévistes de la faim ont trouvé un petit coin dans l’église Saint-Pierre pour s’installer. « C’est l’ancienne chapelle mortuaire. »

Le père du Philippe Demesteere nous emmène dans une pièce au calme, alors que des funérailles ont commencé. « De toute façon, dit-il, le mental est très haut, parce qu’il s’agit bien de montrer qu’on a une énergie à revendre sur l’objet de notre demande. »

L’aumônier et les deux militants associatifs réclament que la trêve hivernale, qui empêche les expulsions locatives, s’applique aussi aux personnes exilées.

À Calais et dans sa périphérie, les forces de l’ordre interviennent quotidiennement pour évacuer les tentes et les abris de fortune. « Le but de cette politique c’est de ne leur donner aucun répit. Donc il y a une usure physique, mentale, etc., qui est inadmissible en France. »

Réfléchir autrement

Le père Demesteere espère, par son geste, inviter à une autre réflexion sur une problématique vieille de plus de vingt ans à Calais. « Il est important que sur cette question des migrations, il y ait une convention citoyenne, parce que c’est une question trop importante pour qu’on la laisse aux seuls politiciens et à leurs calculs », poursuit-il.

Le prêtre se fixe une date pour penser à la suite de son mouvement : le 2 novembre, lendemain de l’entrée en vigueur de la trêve hivernale. Tout dépendra de l’action des forces de l’ordre ce jour-là.

La sous-préfète est venue à leur rencontre la semaine dernière mais n'a pas pu accéder à leur revendication. Une nouvelle rencontre est prévue ce vendredi.

À lire aussi : France: HRW dénonce le «traitement dégradant» des migrants à Calais

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles