Aux migrants de Calais, une Vosgienne offre 20 tonnes de bois

·2 min de lecture
Pour aider les migrants de Calais, une Vosgienne leur offre 20 tonnes de bois de chauffage (photo d'illustration). (Photo: via Associated Press)
Pour aider les migrants de Calais, une Vosgienne leur offre 20 tonnes de bois de chauffage (photo d'illustration). (Photo: via Associated Press)

SOLIDARITE - A Calais et ses environs, alors que la météo hivernale s’installe, et que les thermomètres affichent parfois un chiffre négatif, les personnes exilées continuent de vivre dans des conditions indignes, dans des abris de fortune. Pour les aider, la propriétaire d’un bois situé dans les Vosges a fait don de 20 tonnes de bois de chauffage, a rapporté jeudi 23 décembre Le Parisien.

“C’est un très beau cadeau de Noël pour les plus de 1000 personnes qui survivent ici, surtout dans un contexte où ce bois se fait rare”, a confié au journal Pierre Roques, coordinateur de l’opération WoodYard au sein de l’association l’Auberge des migrants, qui aide les exilés présents dans le Calaisis.

Des besoins de 8 à 9 tonnes de bois par semaine

Depuis 2016, l’association L’Auberge des migrants récupère du bois de chauffage, via son projet WoodYard, pour les distribuer dans les lieux de vie informels des migrants du Calaisis. Un bien essentiel et “un enjeu de survie” pour les familles, qui “est utilisé pour se réchauffer, pour cuisiner la nourriture distribuée par notre partenaire le Calais Food Collective, pour sécher ses vêtements, pour chauffer de l’eau, etc.”, précise l’association.

S’il salue le geste inédit de solidarité de la Vosgienne, qui préfère rester anonyme, Pierre Roque rappelle que l’association a besoin “d’environ huit à neuf tonnes [de bois de chauffage] par semaine, et ce au moins jusqu’à mi-avril”. “Des personnes viennent nous apporter de petites quantités de bois, même si c’est très peu, c’est déjà super”, s’est-il tout de même enthousiasmé auprès du quotidien.

Par ailleurs, plusieurs associations continuent de dénoncer les expulsions des camps de personnes exilées dans le Calaisis et à Grande-Synthe (Nord) et ses environs. “Alors que les températures sont négatives et qu’aucune solution de mise à l’abri n’est proposée sur Calais, la litanie infernale des expulsions continue”, tweetait mercredi l’Auberge des migrants.

À voir également sur Le HuffPost: Après le naufrage d’un bateau de migrants à Calais, ces bénévoles témoignent du difficile sauvetage

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles