Migrants : accord franco-britannique pour endiguer les traversées de la Manche

Londres et Paris renforcent leur coopération pour endiguer les traversées de migrants à travers la Manche.

Renforcement des patrouilles sur les côtes

Un accord a été signé ce lundi par les ministres de l'Intérieur des deux pays.

Principale mesure : le Royaume-Uni va verser une enveloppe de 72 millions d'euros à la France qui, en contrepartie, s'engage à augmenter de 40 % ses patrouilles sur les plages ( 350 policiers et gendarmes supplémentaires) d'où partent les migrants à destination des côtes britanniques.

Autre mesure inédite, saluée par la ministre britannique de l'Intérieur : des équipes d'observateurs de chaque pays vont être déployées de part et d'autre de la Manche : "Cela signifie, que des officiers britanniques vont travailler sur le sol français avec des officiers locaux pour intercepter les migrants clandestins lorsqu'ils tentent de quitter la France", explique Suella Braverman.

Des officiers britanniques vont travailler sur le sol français.

Des mesures jugées contre-productives

Pour l'ONG "Care4Calais", qui vient en aide aux réfugiés, le renforcement de la sécurité n'est pas la solution. L'association exhorte Londres à améliorer son système de traitement des demandes d'asile.

"A chaque fois qu'il y a un renforcement de la sécurité, nous constatons que les gens prennent de plus en plus de risques et qu'il y a des morts. Je crois qu'il faut permettre aux migrants une traversée sûre, leur donner des moyens d'effectuer leur demande d'asile et ainsi sauver des vies. Nous savons qu'il y a un grand nombre de réfugiés à Calais, nous devons faire quelque chose pour les aider et non pas nous concentrer sur la sécurité qui ne fonctionnera pas et n'aidera personne", souligne Clare Moseley, fondatrice de Care4Calais.

A chaque fois qu'il y a un renforcement de la sécurité, nous constatons que les gens prennent de plus en plus de risques et qu'il y a des morts.

40 000 migrants ont déjà traversé la Manche cette année, selon le gouvernement britannique. Depuis 2014, 200 personnes ont péri ou ont disparu en mer en tentant de rejoindre l’Angleterre depuis le littoral français.