Midterms : les républicains gagnent la majorité à la Chambre des représentants

© STEFANI REYNOLDS / AFP

Les républicains ont repris le contrôle de la Chambre des représentants, selon des médias américains mercredi, ce qui leur donne un pouvoir de blocage sur la politique de Joe Biden jusqu'en 2024. Avec une Chambre républicaine et un Sénat démocrate, le parti de Joe Biden ne pourra de son côté plus faire passer de grands projets dans ce Congrès désormais divisé.

Les républicains ont repris le contrôle de la Chambre des représentants, selon des médias américains mercredi, ce qui leur donne un pouvoir de blocage sur la politique de Joe Biden jusqu'en 2024 et entraîne une division du Congrès. Après avoir échoué à s'emparer du Sénat, le parti conservateur ne disposera toutefois que d'une très courte majorité à la chambre basse, bien loin de la "vague géante" promise par Donald Trump, qui a pourtant annoncé mardi soir une nouvelle candidature à la Maison Blanche. Les lieutenants de l'ancien président ont en effet recueilli des résultats très mitigés aux élections de mi-mandat.

Une mince majorité républicaine

"Les Américains sont prêts pour une nouvelle direction, et les républicains de la Chambre sont prêts à agir", a salué le chef des républicains à la Chambre, Kevin McCarthy, désormais favori dans la course à la tête de cette assemblée, l'actuelle "speaker" Nancy Pelosi ayant perdue sa majorité démocrate. "Les démocrates de la Chambre des représentants continueront à jouer un rôle de premier plan dans le soutien du programme du président Biden - avec une forte influence sur une faible majorité républicaine", a voulu croire Mme Pelosi.

Le président démocrate Joe Biden a tout de suite félicité M. McCarthy, soulignant dans un communiqué qu'il compte "travailler avec quiconque - républicains ou démocrates - prêt à œuvrer avec moi pour agir".

NBC, CNN, Fox News et CBS ont projeté mercredi que les républicains disposeraient d'au moins 218...

Lire la suite sur Europe1

VIDÉO - Joe Biden estime que les Midterms "sont un bon jour pour la démocratie", quand Donald Trump reconnait des résultats décevants