Midterms aux États-Unis : le Parti démocrate a financé des candidats d'extrême droite pro-Trump

Donald Trump lors d'un discours devant le parti républicain de la Caroline du Nord à Greenville, le 5 juin 2021. PHOTO D'ILLUSTRATION - Melissa Sue Gerrits © 2019 AFP

Les démocrates ont dépensé des millions de dollars pour maximiser les chances d'investiture de certains des candidats les plus extrêmes pour ensuite les battre aisément, ce mardi lors des élections de mi-mandat.

Décrite comme risquée voire dangereuse, la stratégie démocrate d'aider lors des primaires républicaines des candidats radicaux pro-Trump, jugés plus faciles à battre lors des élections de mi-mandat, semble avoir été payante.

Dans le Maryland, Dan Cox, qui soutient Donald Trump et ses accusations infondées de fraude électorale, a ainsi bénéficié d'au moins 1,7 million de dollars de la part du parti démocrate pour représenter le parti républicain aux élections de mi-mandat, selon une analyse du Washington Post. Mardi, il s'est lourdement incliné face au démocrate Wes Moore, premier gouverneur noir de l'Etat.

Dans l'Illinois, c'est pas moins de 34,5 millions de dollars qui ont été investis dans la candidature de Darren Bailey, lui aussi soutenu par Donald Trump, au poste de gouverneur, notamment par le biais de spots publicitaires soulignant son lien avec l'ancien président et décrivant ses rivaux comme des centristes modérés.

Une stratégie qui n'est pas nouvelle

Grâce à une vague de soutien des trumpistes, Darren Bailey a remporté l'investiture du parti avant d'être battu sèchement mardi par le candidat démocrate sortant, J.B. Pritzker, qui a dépeint Darren Bailey comme trop dangereux pour être gouverneur.

La stratégie qui consiste à s'immiscer dans les primaires du parti adverse pour promouvoir ses candidats les plus faibles n'est pas nouvelle, mais elle a retenu davantage l'attention cette année.

Beaucoup la qualifient d'hypocrite, alors que les démocrates et Joe Biden ont insisté publiquement et à plusieurs reprises sur le fait que la démocratie elle-même était en jeu lors des élections de mi-mandat.

Et elle aurait pu tout aussi bien se retourner contre eux si certains de ces républicains avaient créé la surprise en remportant des postes clés dans certains états. "Le comité de campagne du parti démocrate avait alors reçu énormément de critiques, mais il semblerait que cette stratégie fût payante" analyse Steven Maviglio, consultant en stratégie.

"Aider ceux (qui nient les résultats électoraux) à monter les échelons était un pari risqué. Mais ça a porté ses fruits" ajoute-t-il.

"C'est un gros coup de poker"

Le consultant s'attend à voir cette tactique être utilisée plus fréquemment à l'avenir, malgré les réserves de ses détracteurs. "Les électeurs lambdas ne comprennent pas tout cela", selon lui, "mais les personnes qui savent comment mener et gagner des campagnes n'ont aucune limite en termes de stratégie."

"C'est risqué. Il n'y a aucun doute là-dessus. C'est un gros coup de poker", a ajouté Steven Maviglio. "Mais comme la plupart des gros paris, lorsqu'ils sont payants, ils sont très payants".

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Midterms aux États-Unis : la poussée des républicains est moins importante que prévu