Midterms : un Congrès divisé qui compliquera la tâche de Joe Biden

TOM BRENNER / NYT

Plus d’une semaine après les élections de mi-mandat aux États-Unis, les républicains ont officiellement remporté, mercredi 16 novembre, les 218 sièges nécessaires pour obtenir la majorité à la Chambre des représentants, dont ils reprennent le contrôle “après seulement quatre ans d’absence”, rapporte le New York Times.

Si le dépouillement se poursuit pour sept sièges, la victoire du représentant Mike Garcia (Californie) a permis au GOP de décrocher cette “mince majorité”, apportant un épilogue “tardif mais important” aux midterms. Il s’agit “d’une fin quelque peu décevante pour les républicains de la Chambre qui étaient arrivés le jour du scrutin avec des prédictions grandioses de vague rouge”, commente le journal.

“Nouvelle ère”

Le résultat de mercredi “inaugure une nouvelle ère” dans le pays, avec un Congrès divisé, les démocrates ayant conservé la majorité au Sénat, écrit encore le New York Times.

Le Washington Post évoque de son côté une “démonstration de force des démocrates” qui ont gardé la chambre haute et “évité de justesse” un renversement plus vaste à la chambre basse, laissant les dirigeants républicains “s’affronter pour savoir qui est à blâmer et qui doit faire avancer le parti”.

Le parti du président perd presque toujours des sièges lors d’un premier mi-mandat, et les républicains ont cherché à faire de l’élection de cette année un référendum sur le président Biden et sur l’économie, alors que les prix ont atteint leur plus haut niveau en quarante ans. Toutefois, les sondages effectués à la sortie des bureaux de vote indiquent que les démocrates ont réussi à exploiter la colère suscitée par le recul de l’accès à l’avortement et à détourner l’attention de leurs adversaires dans des courses clés.”

Une fin de mandat qui s’annonce compliquée pour Biden

L’entrée en poste des nouveaux élus, en janvier, “mettra fin à deux années de contrôle unifié démocrate à Washington et ne manquera pas de compliquer la seconde moitié du mandat du président Biden”, constate le Washington Post.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :