«Midterms» aux États-Unis: conservateurs et démocrates au coude-à-coude dans le sud du pays

REUTERS - JONATHAN ERNST

Le 8 novembre, ce sont les élections de mi-mandat aux États-Unis. Mais bon nombre d’Américains ont déjà voté. En Géorgie, par exemple, la bataille pour le poste de gouverneur est suivie de très près. À l’heure des contestations électorales, de la remise en cause du droit à l’avortement et du contrôle des armes à feu, cette fonction devient plus que jamais cruciale dans le contrôle d’un État.

Avec notre envoyée spéciale à Atlanta, Stéfanie Schüler

Comme il y a quatre ans en Géorgie, la candidate démocrate, l’Afro-Américaine Stacey Abrams affronte le républicain Brian Kemp, candidat à sa réélection. C’est la deuxième fois qu’une Afro-Américaine tente d’arriver au poste de gouverneur.

Dans le camp conservateur, Brian Kemp le sait : rien n’est encore joué. Devant une petite centaine de personnes, venues l’écouter sur un parking dans le nord d’Atlanta, il vante son bilan durant la pandémie de Covid, rapporte. La Géorgie était le premier État à sortir du confinement. « Nous sommes restés ouverts, vous avez continué de travailler. Et les bénéfices excédentaires, nous les avons remis dans votre porte-monnaie », déclare Brian Kemp.

« Je suis chrétienne »

Susan, mère de trois enfants, soutient Brian Kemp parce qu’il a signé une loi interdisant l’avortement dès la sixième semaine de grossesse. « L’avortement ne devrait pas être pris à la légère. Je suis chrétienne. Et je crois que ce n’est pas ce que Jésus souhaite », dit-elle.

►À lire aussi : Élections de mi-mandat aux États-Unis: Biden alerte contre les risques de chaos


Lire la suite sur RFI