Un microrobot téléguidé qui accède aux artères les plus fines du corps humain

·2 min de lecture

Des travaux suisses menés chez l’animal démontrent le potentiel d’un système de navigation intra-artériel à peine plus grand qu’un cheveu humain téléguidé à distance par champ magnétique. Son développement devrait permettre d’accéder aux artères les plus fines du corps.

C’est un robot chirurgical à peine plus grand qu’un cheveu humain téléguidé à distance pour explorer les plus fines artères de l’organisme, celles qui demeurent inatteignables avec les dispositifs classiques. Un remake du film Le Voyage fantastique réalisé en 1966 par Richard Fleischer ? Non, une nouvelle prouesse technologique récemment publiée dans la revue . Elle repose sur de plusieurs chercheurs helvètes à l’École Polytechnique Fédérale (EPFL) de Lausanne. Résultat, une première technologie endovasculaire, c’est-à-dire active depuis l’intérieur des vaisseaux, qui devrait à terme permettre l’accès aux artères les plus fines qui soient, les fins capillaires.

Un microrobot qui complète les cathéters conventionnels

Petit bémol, pour l’instant, la preuve a été apportée uniquement chez l’animal, en l’occurrence le lapin, au niveau de ces minuscules vaisseaux ultrafins, rosés et transparents, bien visibles tout le long de leurs oreilles. Pour leurs manipulations, les chercheurs ont utilisé ce réseau et l’ont aussi testé avec du sang humain, dont la coagulation est différente de celui du lapin. Deux chercheurs, Lucio Pancaldi et Selman Sakar, ont eu l’idée d'exploiter l'énergie mécanique du sang résultant du mouvement des liquides, dite hydrocinétique, sans avoir recours à des méthodes invasives.

"La plus grande partie du cerveau reste inaccessible, car les outils existants s’avèrent encombrants, et il est extrêmement difficile de naviguer dans le minuscule et tortueux système vasculaire cérébral sans provoquer de lésions tissulaires", détaille le communiqué de l’EPFL.

Aujourd’hui, il est en effet d’ores et déjà possible en neuroradiologie dite interventionnelle et grâce au recours à des fils de guidage qui glissent dans de fins cathéters eux-mêmes insérés dans les artères, de progresser dans les artères du cœur ou du cerveau, par exemple pour aller poser un ou plusieurs stents dans les coronaires ou les carotides, détruire une plaque d’athérome ou encore retirer [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi