Microbiotes : comment renforcer notre immunité

·2 min de lecture

Que ce soit dans l'intestin, sur la peau ou dans la bouche, les différents microbiotes du corps humain jouent un rôle fondamental dans la protection contre de nombreuses maladies. Des chercheurs sont parvenus à identifier les bonnes bactéries parmi les milliards qui peuplent nos organes et ils prodiguent des conseils pour améliorer sa flore bactérienne.

Cet article est issu du magazine Sciences et Avenir - La Recherche n°890 daté avril 2021.

C'est une extraordinaire Terra incognita à découvrir. Tout un monde de vie fait de milliards de bactéries - voire de champignons et de virus - qui vivent et évoluent avec nous. De la naissance à la mort, des écosystèmes de populations bactériennes, connus sous le nom de "microbiotes", coexistent en symbiose avec l'organisme : sur la peau, dans l'estomac, les voies respiratoires, la bouche, les oreilles ou sur les parties génitales. Mais plus encore dans notre intestin : déjà surnommé "notre deuxième cerveau" pour ses 200 millions de neurones, il pourrait aussi être considéré comme "notre deuxième système immunitaire" tant les aptitudes ou les dérèglements de notre immunité semblent dépendre du microbiote intestinal en particulier.

"Les interactions entre nos populations bactériennes et notre immunité sont permanentes, c'est un dialogue dynamique constant qui commence dès la naissance", explique Nadine Cerf-Bensussan, directrice de recherche Inserm et responsable du laboratoire Immunité intestinale à l'institut des maladies génétiques Imagine à Paris. Or, en tant que système destiné à défendre l'organisme contre tout type d'agression, l'immunité est un pivot essentiel de notre santé. En théorie, l'expression de toutes les maladies pourrait donc être prévenue ou traitée à l'aune, entre autres, des interactions du microbiote avec le système immunitaire : allergies, infections virales, diabète, maladies auto-immunes (où le système immunitaire se retourne contre l'organisme) ou neurologiques…

Jusqu'ici, les allergies ou les maladies de l'intestin ont été les premières ciblées, mais certains cancers pourraient rapidement être concernés. Dans la revue Science en février, une équipe du Hillman Cancer Center et du National Cancer Institute à Pittsburgh, aux États-Unis, a démontré, pour la première fois chez l'humain, qu'une intervention sur la composition du microbiote intestinal de pat[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi