Microbes et champignons, les meilleurs alliés des arbres

·2 min de lecture

Le biologiste Marc-André Selosse, spécialiste en botanique et mycologie au Museum national d'histoire naturelle (MNHN), décrit comment les arbres, rivés au sol, ont néanmoins le pouvoir de transformer en profondeur leur environnement pour le rendre favorable à leurs descendants. Entretien à l'occasion de la sortie en kiosque du numéro de mai 2022 de Sciences et Avenir : "L'Arbre, gardien de la Terre".

Marc-André Selosse est professeur au Muséum national d'histoire naturelle à Paris, spécialiste de la symbiose dans l'évolution et l'écologie. Il travaille notamment sur la génétique et la reproduction de la truffe. Sciences et Avenir l'a interrogé, à l'occasion du dossier "L'Arbre, gardien de la Terre", en vente en kiosque ce jeudi 21 avril 2022. Voici une version longue de l'entretien qu'il nous a accordé.

Sciences et Avenir : Un arbre c’est un tronc et une ramure, mais c’est aussi une masse importante de racines qui l’ancrent au sol. Quelles contraintes cela lui impose-t-il ?

Marc-André Selosse : une vie immobile, qui ne lui permet pas d’échapper à son environnement ou à la multiplication de prédateurs. Mais l’immobilisme a aussi un intérêt : la plante peut construire son milieu. C’est particulièrement vrai pour les organismes pérennes comme les arbres. Leurs racines transforment leur environnement chimiquement et biologiquement. C’est le phénomène de rhizosphère, décrit en 1904 par l’Allemand Lorentz Hilter, premier à parler de microbiote. Les racines, qui connaissent des fuites de carbone dans le sol, nourrissent ainsi des populations microbiennes. Elles les régulent dans le même temps en produisant des tanins qui excluent les espèces qui ne sont pas favorables à l’arbre. Celui-ci contribue à l’amélioration des sols en recrutant des bactéries qui fixent l’azote atmosphérique ou émettent des hormones favorables.

Quel rôle jouent les feuilles dans le fonctionnement des racines ?

Un rôle très important, qui construit aussi le sol. A l’automne, quand la photosynthèse commence à décroître, l’accumulation de tanins donne aux feuilles leurs couleurs dorées, rouges, etc. C’est le début du recyclage, pendant lequel ces tanins protègent la feuille de l’oxydation par la lumière du soleil, à la manière d’une crème solaire. A la mort des cellules, ces tanins vont être libérés, s’oxyder et produire le brunissement de toute la feuille. Les restes des cellules des feuilles so[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles