Des micro-organismes terrestres pourraient résister aux conditions de vie sur Mars

Nathalie Mayer, Journaliste
·2 min de lecture

Perseverance, le rover de la Nasa en quête de traces de vie sur Mars, vient tout juste d’atterrir sur la Planète rouge. En attendant qu’il donne de premiers résultats, sur Terre, les chercheurs continuent de se demander si des micro-organismes pourraient survivre aux conditions difficiles qui règnent là-bas. Et une équipe de la Nasa et du Centre allemand pour l’aéronautique et l’astronautique (DLR) nous apprend aujourd’hui que certains microbes, en particulier les spores d’Aspergillus niger — un champignon de couleur noire qui apparaît sur les fruits et légumes —, sont capables de survivre, au moins temporairement, dans l’environnement martien.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Pour tester l’endurance de ces micro-organismes, les chercheurs ont imaginé une MARSBOx — pour Microbes in atmosphere for radiation, survival and biological outcomes — remplie d’une atmosphère martienne artificielle. Une atmosphère composée donc essentiellement de dioxyde de carbone (CO2) et d’un peu d’argon (Ar) et de diazote (N2) et de traces de dioxygène (O2), d’eau (H2O) et de méthane (CH4). Le tout maintenu à une pression environ 170 fois inférieure à celle qui fait loi sur Terre.

Puis, à l’aide d’un ballon, les chercheurs ont expédié cette MARSBOx au-dessus de la couche d’ozone, dans la stratosphère moyenne de notre Planète, à quelque 38 kilomètres d’altitude, pour y trouver les conditions les plus semblables à celles qui règnent sur Mars, notamment concernant l’exposition à un rayonnement ultraviolet (UV) intense.

Les travaux menés par les chercheurs montrent notamment que certains champignons — ici Aspergillus niger —, transportés par inadvertance, pourraient résister aux conditions...
Les travaux menés par les chercheurs montrent notamment que certains champignons — ici Aspergillus niger —, transportés par inadvertance, pourraient résister aux conditions...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura