Des micro-algues ont préservé les araignées fossiles d'Aix-en-Provence

·2 min de lecture

Des analyses sur des fossiles d'arthropodes découverts près d'Aix-en-Provence indiquent que ce sont les diatomées, des micro-algues unicellulaires, qui ont permis de préserver ces animaux dépourvus de tissus osseux.

Les animaux à squelette ou à coquille laissent des traces de leur passage sur Terre sous la forme de fossiles, plus ou moins nombreux selon l'environnement, le climat et les conditions de leur mort. Pour ceux dépourvus de structures dures, la fossilisation est beaucoup plus difficile ; néanmoins certains sont retrouvés presque parfaitement conservés. C'est le cas des arthropodes d'Aix-en-Provence où ils sont présents en abondance, aux côtés de nombreux autres fossiles de plantes et d'animaux. Ce site datant de l'oligocène (23 à 34 millions d'années) est exploré depuis la fin des années 1700 et il révèle toujours de nouveaux trésors. Une étude réalisée par des chercheurs de l'Université du Kansas s'est intéressée pour la première fois aux conditions qui ont prévalu pour assurer une telle préservation des araignées.

Des araignées qui brillent

C'est durant le confinement qu'Alison Olcott a commencé à se pencher sur des photos provenant d'Aix-en-Provence et à les étudier en détail. Ayant du temps devant elle, elle les a "explorées, d'une manière qui ne se serait probablement pas produite si tous les laboratoires étaient ouverts et que nous pouvions y faire de la science plus conventionnelle" explique-t-elle dans un communiqué de son université. Ce sont notamment des clichés réalisés sous microscope à fluorescence qui ont révélé une inhabituelle brillance des arachnides qui permet de les observer de façon très nette alors que les fossiles sont presque indiscernables de la roche qui les contient, à l'œil nu. Cette particularité a incité les chercheurs à analyser plus en avant leurs échantillons, sous microscopie à haute résolution et à en étudier la chimie.

Les images plus détaillées révèlent la présence de dizaines de milliers de micro-algues autour et sur les fossiles. De plus, les scientifiques ont identifié en leur sein un polymère noir fait de carbone et de soufre qui, au microscope, ressemble au goudron qui recouvre les routes. Rapidement, ils ont fait le lien ent[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles