Michelle Obama : "frustrations et dépression", ce que l'ex First Lady a vécu à la Maison Blanche

·1 min de lecture

“Derrière tout grand homme se cache une femme”, dit le proverbe. Mais rester dans l’ombre du 44ème président des États-Unis, Michelle Obama le refusait. Si l’ancienne avocate au caractère bien trempé a chéri son rôle de Première dame, elle a dû faire des compromis. “Au début de la campagne présidentielle de 2008, Michelle affichait ses opinions. On lui a rapidement fait comprendre au sein du staff démocrate qu'il fallait qu'elle entre dans les habits d'une Première dame en retrait. Elle a vite appris”, rapportait la politologue franco-américaine Nicole Bacharan dans son ouvrage First Ladies : à la conquête de la Maison Blanche (éd Perrin). Pour autant, l’épouse de Barack Obama, alors président de la République, n’ignorait pas qu’elle avait un impact politique. Militante des droits des femmes, elle a commencé à se battre pour des causes qui ont une grande résonance dans le quotidien. Mais son statut de “femme de” lui a mis des bâtons dans les roues.

Dans un entretien par visioconférence accordé à TMZ, la journaliste Kate Andersen Brower a expliqué les frustrations de Michelle Obama pendant le pendant de son mari. L’auteure du livre First Women : The Grace and Power of America's Modern First Ladies pense qu’elle a été régulièrement mise à l’écart. Ses ambitions politiques, pourtant prometteuses, n’ont jamais obtenu les effets escomptés. La biographe se souvient d’un déjeuner que l’épouse de Barack avait organisé pour aider à lancer sa campagne contre l’obésité à l’école, Let’s Move. (...)

Lire la suite sur le site de GALA

"Tout ce que je déteste" : Quand Éric Dupond-Moretti évoque son ennemie Marine Le Pen
Phil Collins : hygiène désastreuse, performances sexuelles inexistantes... Cruelles révélations de son ex
Prince Charles : "le sexe et l'humour", les atouts de Camilla pour séduire son prince
VIDÉO - Lio, femme battue, raconte le jour où elle a porté plainte
Flashback - Claude Pompidou et ses "parties fines" : l'origine de la rumeur