Michelin: Le coronavirus ampute le net 2020 mais dividende relevé

·2 min de lecture
MICHELIN: LE CORONAVIRUS AMPUTE LE NET 2020 MAIS DIVIDENDE RELEVÉ

PARIS (Reuters) - Michelin a fait état lundi d'une chute de son bénéfice net 2020 à 625 millions d'euros, contre 1,73 milliard d'euros en 2019, à cause de la crise provoquée dans l'automobile et l'aviation par l'épidémie de coronavirus, mais le géant des pneumatiques, qui prévoit un rebond de jusqu'à 10% de ses marchés cette année, a néanmoins relevé son dividende.

Les ventes du groupe clermontois ont reculé de 15% l'an dernier à 20 milliards d'euros et son bénéfice opérationnel a été amputé presque de moitié à 1,40 milliard d'euros, contre 2,69 milliards en 2019. Le bénéfice opérationnel des secteurs est lui tombé à 1,88 milliard d'euros, contre plus de trois milliards en 2019.

Pour 2021, Michelin anticipe un résultat opérationnel des secteurs supérieur à 2,5 milliards d'euros à taux de changes constants.

Il table aussi sur un rebond de 6% à 10% du marché des véhicules légers et de 4% à 8% pour les poids lourds, et compte bénéficier de son positionnement "premium" pour tirer son épingle du jeu sur le marché du véhicule électrique, où la résistance au roulement et le bruit sont des arguments encore plus importants que pour des véhicules à moteur thermique.

Michelin a également proposé de porter son dividende à 2,3 euros par action, contre deux euros au titre de l'exercice précédent.

"Dans ce contexte incertain, le groupe poursuit ses efforts de compétitivité et continue d'orienter sa production vers les pneus haut de gamme et de spécialité, tout en accélérant son développement dans les matériaux de haute technologie et les offres de services et solutions", a déclaré le président du groupe, Florent Menegaux, cité dans un communiqué.

Michelin détaillera davantage cette stratégie de diversification, déjà amorcée dans l'impression 3D métal, l'hydrogène ou le recyclage, et lèvera le voile sur ses objectifs 2023 et au-delà lors d'une journée investisseurs le 8 avril prochain.

Sauf retournement de situation, l'impact du coronavirus devrait s'être dissipé à cet horizon puisque Michelin s'attend à retrouver ses niveaux d'activité 2019 à partir du second semestre 2022.

(Gilles Guillaume, édité par Jean-Stéphane Brosse)