Michel Sardou raciste ? Le chanteur s'explique enfin après ses propos sur Jade et Joy, les filles de Johnny Hallyday

·1 min de lecture

C’est une histoire qui a fait couler beaucoup d’encre… Pendant de longues années, Johnny Hallyday n’a plus adressé la parole à Michel Sardou alors qu’ils étaient des amis de longue date. La raison de cette brouille ? En 2004, lors d’un concert à Bruxelles, l’interprète des Lacs du Connemara a prononcé une phrase qui restera en travers de la gorge du rocker. "Maintenant qu'il a un chalet à Gstaad, Hallyday va pouvoir mettre sa Vietcong (Jade Hallyday, ndlr) sur des skis", dira le chanteur de 74 ans alors qu'il était ami avec l’idole des jeunes depuis plus de trente ans.

Depuis, Michel Sardou fait part à qui veut l'entendre de ses regrets. Dans l’émission Sept à huit, qui sera diffusée ce dimanche 2 mai à partir de 18h20 sur TF1, le mari d’Anne-Marie Périer a accepté de revenir sur la raison pour laquelle Johnny Hallyday a coupé toute communication avec lui. "On était deux frères, pendant des années et des années. Et puis on s’est fâchés. Enfin… il s'est fâché", commence-t-il avant d’avouer qu’ils se sont fâchés à cause de sa phrase : "À cause de moi, je le reconnais. J'ai été très maladroit". Il explique alors avoir "fait une improvisation sur scène qui se voulait moqueuse" en parlant des filles du Taulier.

Pourtant Michel Sardou n’avoue pas complètement les faits. "J’ai dit : 'Ça va être difficile de les mettre sur des skis’. Parce qu’il venait d’acheter un chalet en Suisse." Une blague "ni drôle ni méchante", martèle-t-il à Audrey Crespo-Mara. Il semble même ne pas comprendre (...)

Lire la suite sur le site de Voici

PHOTO Clara Morgane sexy dans son ensemble résille : ses abonnés sont à ses pieds !
Alain Delon : deux ans après son AVC, l'acteur prépare son grand retour
Emmanuel Macron : pourquoi n’a-t-il pas fait d’allocution télévisée pour présenter le déconfinement ?
Jean-Pierre Pernaut : l'ancien présentateur du 13 heures de TF1 pousse un nouveau coup de gueule contre la police
Frayeur pour Elizabeth II : deux individus se sont introduits dans son domaine de Windsor