Quand Michel Hidalgo rejouait France-RFA 82

Pour Massimo Furlan, Michel Hidalgo, le sélectionneur de l’époque, avait accepté de réinterpréter son propre rôle sur le banc de touche. / "Numéro 10", un spectacle de Massimo Furlan créé en août 2006 au Parc des Princes

En 2006, pour Numéro 10, la performance de Massimo Furlan autour de la mythique demi-finale de Séville, l’ancien sélectionneur de l’équipe de France reprenait son rôle. Un bel hommage pour ce grand bonhomme du football français, qui s'est éteint jeudi à l'âge de 87 ans.

Michel Hidalgo crie depuis la ligne de touche. Il fait de grands gestes, encourage, replace, trépigne. À la mi-temps, il tend une bouteille d’eau à Michel Platini. Le sélectionneur de l’équipe de France a blanchi sous le harnais mais il a toujours la flamme. Et l’envie d’y croire malgré tout, ou tout du moins de chasser les démons. On est 2006, un doux soir d’été au Parc des Princes, à une représentation de Numéro 10. Le performeur suisse Massimo Furlan récréait la mythique demi-finale France-RFA du Mondial 1982, en Espagne. Sur la pelouse du Parc, il rejouait seul et sans ballon le match dans la peau de Platini. Hommage d’un artiste à un autre artiste, tous deux d’origine italienne. Il avait visionné cinquante fois la partie pour mémoriser les déplacements, les gestes et les attitudes de Platoche lors de la défaite la plus cruelle de l’histoire du football français. Le bourbier de Séville.

» LIRE AUSSI - Le football français pleure Michel Hidalgo, emblématique entraîneur de la génération Platini

Michel Hidalgo, le sélectionneur de l’époque, avait accepté de réinterpréter son propre rôle sur le banc de touche. Une expérience de re-enactement, genre anglo-saxon qui consiste à rejouer un événement. Ce soir-là, Hidalgo a joué le jeu. Il a revu les hauts faits de ce match d’anthologie, retransmis sur des écrans géants. La reprise de volée de Trésor. Le but de Giresse et sa course folle de 80 mètres… Les Bleus mènent alors 3-1 dans les prolongations, un pied en finale. Rummenigge et Fisher remettent les deux équipes à égalité. La RFA se qualifie lors de la séance de tirs au but.

» LIRE AUSSI - Le Cauchemar de Séville, l'art de perdre

Mais avant ça, il y a bien sûr l'agression de Battiston (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Le Cauchemar de Séville, l'art de perdre
Massimo Furlan, chef de gare mélomane
France - Allemagne: le bourbier de Séville
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro