Michel Drucker : cette fameuse séquence avec Serge Gainsbourg qui l'a « marqué à vie » !

·1 min de lecture

« On m’en parle encore deux fois par semaine », affirme Michel Drucker lorsqu'il évoque la séquence la plus marquante de sa longue carrière. À peine remis d'un triple pontage coronarien, l'animateur star de France 2 a répondu aux questions des lecteurs du Parisien, dimanche 28 mars et est revenu à cette occasion, sans hésitation ni ambages, sur l’interview de Serge Gainsbourg et de la chanteuse américaine Whitney Houston. « Ça m’a marqué toute ma vie », confie-t-il, trente-cinq ans après ce moment choc.

Rappel des faits. Sur le plateau de Champs-Élysées, l’émission qu'il présente à l'époque, Michel Drucker reçoit le 5 avril 1986 deux invités de marque : il s’agit donc de Serge Gainsbourg et de la diva de la pop, Whitney Houston. Comme à son habitude, le chanteur français est passablement éméché, et lance une phrase des plus sexistes à l’Américaine : « I want to f**k you » (« Je veux te ba***r », en français). La séquence fait alors immédiatement le tour des télévisions du monde entier, et choque tout particulièrement les Américains, peu habitués à de tels discours à l'antenne.

Comme il le confie au Parisien, si une scène similaire venait à se reproduire aujourd'hui, Michel Drucker « virerait du plateau » un invité qui se comporterait de la sorte. « À l’époque, j’ai manqué de sang-froid », explique-t-il, avec le recul. Il faut dire qu’à cette période, le présentateur de l’émission culte Vivement dimanche ! n’était pas encore le ponte de la télévision qu’il est devenu, et n’avait (...)

Lire la suite sur le site de GALA

VIDÉO - Michel Drucker ému pour son retour sur France 2 : "je pensais que je disparaîtrais à jamais des radars”
Melania Trump prête à assumer "son côté obscur" ? Une journaliste américaine raconte
Affaire Berry - Michel Drucker s'exprime : "la présomption d'innocence n'existe plus" et "c'est dévastateur"
Audrey Pulvar épinglée suite à la polémique sur les réunions "non-mixtes", elle remet les choses au clair !
Face à l'épidémie, Emmanuel Macron ne varie pas dans sa stratégie : "on ne s'est pas pris le mur"