Michel Cymes : sa proposition radicale pour rassurer les Français pendant l’épidémie du coronavirus

Pendant le confinement, il y a ceux qui s’ennuient et qui s’occupent comme ils peuvent (coucou Gérard Darmon, content de cette nouvelle coloration). Et puis il y a ceux qui travaillent : le personnel des supermarchés notamment, les forces de l’ordre, le personnel médical évidemment, que les Français applaudissent chaque soir à leurs fenêtres (à 20 heures, pas 19 heures, hein Sandrine Kiberlain ?). Faisant partie de cette dernière catégorie, le médecin Michel Cymes n’officie pas en cabinet mais sur les plateaux télé qu’il enchaîne depuis le début de l’épidémie. Il prodigue ses conseils dès qu’il peut dans les émissions de France Télévisions. Au risque de se faire clasher par d’autres médecins qui l’accusent de dire « n’importe quoi ». Il y a quelques jours, Michel Cymes faisait d’ailleurs son mea culpa, s’excusant d’avoir minimisé la crise du coronavirus à ses débuts. Mais Michel Cymes estime qu’une partie de sa mission est notamment de rassurer les Français face au Covid-19.

« Rassurer d’un côté, sensibiliser de l’autre »

Et pour cela, il estime qu’il « faudrait arrêter avec les taux et les chiffres de mortalité », assure-t-il dans une interview accordée au Journal du Dimanche, dans l’édition du 22 mars. Il décrit ainsi son rôle : « Il nous faut rassurer d’un côté, sensibiliser de l’autre. Et débugger les fake news. » Pour cela, l’ORL de 62 ans s’impose une règle : « se garder de toute intuition et rester dans la preuve ». Mais les chiffres constamment égrenés ne sont pas pour

Retrouvez cet article sur Voici

Harvey Weinstein serait positif au coronavirus : l’ex-producteur emprisonné a été placé en isolement
VIDEO Les enfants de la télé : Michaël Youn envoie une petite pique à Emmanuel Macron
PHOTO Maeva Martinez se pose des questions existentielles en bikini, sa communauté adore
Salt (C8) : cet acteur qui devait avoir le rôle principal, remplacé par Angelina Jolie
VIDEO Vivement Dimanche : Michel Drucker déstabilisé par l'absence du public