Michael Ballhaus, dernier travelling

Libération.fr
Martin Scorsese et Michael Ballhaus, lauréat d'un International Achievement Award, en 2007 à Beverly Hills.

On a appris mercredi soir la disparition de Michael Ballhaus, directeur de la photographie parmi les plus influents du cinéma de ces quarante dernières années.

Né en 1935 à Berlin dans un environnement très artistique (son père était le comédien et cinéaste Oskar Ballhaus), c’est la vision de Lola Montès (1955), film de son oncle par alliance Max Ophüls, qui le décida à passer derrière une caméra. Il commença sa carrière aux côtés de Rainer Werner Fassbinder, qu’il accompagna sur quinze films et téléfilms, dont Martha, en 1974, sur lequel il expérimenta ce qui allait devenir l’un de ses mouvements signature, le travelling à 360 degrés autour des acteurs. A partir des années 80, c’est à Hollywood que son expertise et son doux volontarisme ont fait des miracles.


A partir de After Hours en 1986, il entama une collaboration de longue date avec Martin Scorsese. On lui doit les photos de laDernière Tentation du Christ (1988), des Affranchis (1990), le Temps de l’innocence (1993), Gangs of New York (2002) ou des Infiltrés. Parmi les autres cinéastes avec lesquels il avait l’habitude de travailler, il faut citer Francis Ford Coppola (Dracula, 1992), James L. Brooks et Mike Nichols. Récompensé à de nombreuses reprises pour son œuvre, il reçut notamment un ours d’or d’honneur pour son œuvre à la Berlinale 2016. Michael Ballhaus avait 81 ans. 

Retrouvez cet article sur Liberation.fr

Les films à voir (ou pas) cette semaine
Cinéma «Paris est une fête», poésie des pavés
Sylvain George, chroniques de la contre-actualité
«The Young Lady», par l’ennui enlaidie
«Taipei Story», pleurs sur la ville

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages