Michèle Rubirola sévèrement critiquée pour son "incohérence" et sa "mauvaise foi"

·1 min de lecture

C'était dans les tuyaux depuis le début de son mandat, et cela s'est concrétisé au bout de six mois après son élection. Le mardi 15 décembre, Michèle Rubirola a annoncé qu'elle avait présenté sa démission. "J’ai pris la décision de quitter mes fonctions de maire de Marseille", a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse, citée par Le Monde. Une nouvelle peu surprenante puisque d'après la grand reporter Ariane Chemin, l'écologiste n'envisageait de "rester que trois mois". Pour la journaliste et écrivaine Valérie Manteau, qui signe une tribune dans Le Monde ce mercredi 23 décembre, cette décision est dénuée de sens.

À la fin de l'été déjà, l'ancienne élue avait été contrainte de s'absenter pour laisser Benoît Payan aux commandes, en raison de problèmes de santé. Lorsqu'elle a décidé de quitter ses fonctions, la femme politique a de nouveau avancé cet argument. "J’ai connu dès l’été les premières difficultés liées à ma santé. (…) Ces épreuves limitent l’énergie que je peux mobiliser. Etre maire de Marseille, c’est 300 % de son temps, j’en donne 150 %", précisait-elle. Une "incohérence", selon Valérie Manteau. "Elle dit qu’elle est malade – ce qui nous impose le respect – mais elle souhaite conserver le poste de première adjointe qui n’est pas une sinécure, qu’on sache. Quel intérêt vital y avait-il à être première adjointe et lui maire et non l’inverse, qui méritât un tel séisme ?", lâche-t-elle. En effet, alors qu'elle souhaitait moins de responsabilités, Michèle Rubirola est (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Emmanuel Macron positif au Covid-19 : son état de santé s'améliore
François Hollande et Julie Gayet pris la main dans le sac : les révélations du paparazzi
"C'est mort ?" : Karine Lacombe pas optimiste sur la réouverture des bars et restaurants
"Une mauvaise polémique" : Olivier Véran répond aux critiques sur le vaccin
"C'est quand même extraordinaire..." : Meghan Markle et Harry encore raillés par un ex-conseiller de la reine