Michèle Rubirola : son arrêt maladie pendant la campagne avait fait grincer des dents

·1 min de lecture

Un mandat express, et déjà le départ. Après plusieurs mois de rumeurs, Michèle Rubirola a fait part de sa décision. Le 15 décembre dernier, elle a annoncé qu'elle renonçait à son poste de maire de Marseille, laissant la place à Benoît Payan, son premier adjoint socialiste. Une décision que l'ancienne édile, elle-même médecin, justifie par des problèmes de santé, tout en restant vague sur le sujet. Désormais, certains questionnent sa véritable envie de diriger les affaires marseillaises.

Très discrète durant l'été, Michèle Rubirola avait dû s'absenter un mois à la suite d'une intervention chirurgicale courant septembre. C'est Benoît Payan qui avait assuré l'intérim, et ce, alors même qu'une fronde locale avait lieu contre mes mesures imposées par le gouvernement pour lutter contre le Covid-19. L'absence prolongée de l'édile de Marseille pour une opération inconnue n'avait pas manqué de susciter certains questionnements.

Mais c'est un autre problème de santé qui avait véritablement suscité la grogne de certains. A l'automne dernier, l'ancienne maire de Marseille avait été opérée d'un genou, en pleine campagne pour les municipales. A l'époque, la candidate LR à la mairie de Marseille Martine Vassal l'avait accusée d'avoir continué à mener campagne aux frais de la Sécurité sociale, alors qu'elle était en arrêt maladie. Une information que la principale concernée avait démentie.

Lors de son discours de démission, ce 15 décembre, Michèle Rubirola est semble-t-il apparue soulagée, se (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Flashback - Caroline Cellier : son idylle avec Jean Poiret a commencé... sur un plateau
VIDEO - Gabriel Attal taquiné dans TPMP sur son face-à-face avec Jean-Jacques Bourdin
Gad Elmaleh et Charlotte Casiraghi : pourquoi leur fils Raphaël ne figure pas dans l'ordre de la succession au trône ?
VIDEO - "Emmanuel Macron a un peu de fièvre, on en fait des tonnes", ironise un chroniqueur de CNews
« On s’est fait gauler » : Denis Brogniart raconte les débuts de son histoire avec Hortense