MH17: Les rebelles étaient en contact étroit avec Moscou, selon les enquêteurs

MH17: LES REBELLES ÉTAIENT EN CONTACT ÉTROIT AVEC MOSCOU, SELON LES ENQUÊTEURS

AMSTERDAM (Reuters) - La commission d'enquête chargée de faire la lumière sur la destruction il y a cinq ans du vol MH17 au-dessus de l'est de l'Ukraine a publié jeudi des enregistrements de conversations téléphoniques qui montrent selon elle l'influence de Moscou sur les rebelles prorusses soupçonnés d'avoir abattu l'avion.

Le Boeing 777 des Malaysia Airlines qui effectuait la liaison entre Amsterdam et Kuala Lumpur a été touché le 17 juillet 2014 par un missile alors qu'il survolait la région de Donetsk. Aucune des 298 personnes qui se trouvaient à bord n'a survécu.

Selon la Joint Investigation Team (JIT, commission d'enquête conjointe), le missile provenait de la base militaire russe de Koursk, qui se trouve près de la frontière ukrainienne. Quatre suspects ont été inculpés en juin. Il s'agit des Russes Sergueï Doubinski, Oleg Poulatov et Igor Guirkine, et de l'Ukrainien Léonid Khartchenko.

Les enquêteurs ont fait savoir jeudi que les rebelles prorusses soupçonnés du tir, qui ont instauré une "République populaire de Donetsk" (RDP), entretenaient des contacts plus proches qu'on ne le pensait avec Moscou.

"L'analyse récente des déclarations de témoins et d'autres informations a révélé que l'influence de la Russie sur la RDP allait au-delà du soutien militaire et que les liens entre les responsables russes et les dirigeants de la RDP semblaient plus étroits", dit le JIT dans un communiqué.

Les conversations interceptées, qui ont été mises en ligne sur le site internet de la commission d'enquête, "ont montré que les dirigeants du groupe armé ‘République populaire de Donetsk’ (RDP) maintenaient le contact avec des représentants du gouvernement russe au sujet du soutien militaire russe. Parmi ces dirigeants figuraient Alexandre Borodaï, Premier ministre autoproclamé, et le prévenu Igor Guirkine, ministre de la défense autoproclamé. Ils ont communiqué avec Sergueï Aksionov, dirigeant de la Crimée nommé par la Russie, et Vladislav Sourkov, haut responsable du gouvernement russe", dit la JIT.

"Les relations semble-t-il étroites entre les dirigeants de la RDP et des membres du gouvernement russe soulèvent des questions quant à leur possible implication dans le déploiement du (missile), qui a abattu le vol MH17 le 17 juillet 2014", ajoute-t-elle.

A Moscou, le ministère des Affaires étrangères a contesté l'authenticité des enregistrements.


(Anthony Deutsch, Jean-Philippe Lefief pour le service français, édité par Sophie Louet)