Mexique : un musée du trafic de drogue dans la ville d’“El Chapo” Guzmán ?

PHOTO FERNANDO BRITO/AFP

Joaquín Guzmán, surnommé “El Chapo”le “courtaud”, le “nain” – ne verra sans doute jamais “son” musée. L’un des plus célèbres narcotrafiquants du monde, qui fut le puissant chef du cartel de Sinaloa, purge une peine de prison à perpétuité aux États-Unis.

El Chapo est né il y a soixante-cinq ans dans un hameau pauvre de la commune de Badiraguato, dans l’État de Sinaloa, dans le nord-ouest du Mexique.

Pour développer le tourisme, José Paz López, le maire de Badiraguato, a récemment proposé la création d’un musée consacré au trafic de drogue dans une vidéo qui a fait le tour des réseaux sociaux, reprise notamment sur le site de la revue Espejo, de Culiacán, la capitale de l’État :

“Nous ne pouvons pas tourner le dos à notre histoire, nous devons y faire face.”

Vaincre un stigmate

Cependant, dans l’esprit du maire, il ne s’agit pas de faire un quelconque éloge du trafic de drogue, a fortiori d’El Chapo, mais au contraire de montrer que “consommer de la drogue est nocif”.

Son idée : “La commune doit se développer économiquement”, grâce au tourisme, et “parvenir à vaincre le stigmate du trafic de drogue”, qui marque à la fois la municipalité et l’État de Sinaloa.

Il n’empêche, ce projet – qui n’est pas encore définitivement approuvé – a fait couler beaucoup d’encre au Mexique, et les déclarations de José Paz López ont déclenché une tourmente politique.

Du même bord que le maire, membre du parti au pouvoir Morena (Mouvement de régénération nationale) du président de gauche Andrés Manuel López Obrador, le gouverneur du Sinaloa a rejeté l’initiative. Rubén Rocha Moya a lancé, repris par le site de l’hebdomadaire Ríodoce, spécialisé dans les enquêtes sur le narcotrafic :

“Tant que je serai gouverneur, je ne permettrais pas [un tel musée] dans le Sinaloa. Qu’ils le mettent ailleurs.”

Aux États-Unis ?

Il a ajouté : “Oui, cela fait partie de notre histoire [mais] nous ne voulons pas que l’on nous refile ce symbole.”

Il a même suggéré qu’un tel musée soit installé aux États-Unis, “là où se trouvent les drogués”.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :