Mexique : une foule en colère s’en prend à une touriste ayant escaladé une pyramide maya

Une touriste espagnole a été violemment prise à partie par une foule en colère pour avoir gravi les marches d’une pyramide maya classée au Patrimoine mondial de l’Unesco. Elle risque une amende comprise en 2 500 et 5 000 euros.

Ce qui est le support d’une vidéo Instagram pour certains peut être un bien culturel sacré pour d’autres. C’est ce qu’a découvert une touriste espagnole qui a allègrement grimpé les marches de la pyramide maya dédiée à Kukulcán et située sur le site de Chichén Itzá, au Mexique. Mais comme le rapporte le journal américain The New York Post, cela lui a valu des cris, des coups et des insultes de la part de la foule en colère.

Révélée par une vidéo postée sur TikTok, la scène a de quoi choquer. On y voit une femme blonde, de nationalité espagnole, en train de danser sur les marches de la pyramide dédiée au culte du dieu dont elle porte le nom, le dieu serpent à plumes. Malgré les cris de la foule au pied du bâtiment, la touriste remue des hanches et agite ses bras en l’air jusqu’à ce qu’un responsable de l'Institut national d’anthropologie et d’histoire (INAH) lui enjoigne de descendre immédiatement. Mais ce qui l’attend en bas n’a rien d’amusant.

Des coups et des insultes

Une foule en colère, probablement composée d’habitants de la région et de touristes, hurle en effet sur la touriste : "En prison ! En prison ! En prison !". Certains s’approchent même d’elle pour la bousculer et faire tomber son chapeau. Une autre personne l’asperge avec une bouteille d’eau. Une autre encore, lui tire les cheveux. Elle est finalement éloignée, sous les huées et les insultes, par le personnel de l’INAH. Elle a ensuite été arrêtée par la police mexicaine et risque un amende allant de 50 000 à 100 000 pesos, soit de 2 500 à 5 000 euros.

Si la performance douteuse de cette femme a fait tant réagir c’est parce que l’accès à la pyramide est interdit aux touristes depuis 2008. Les services mexicains de conservation du patrimoine estiment ainsi pouvoir la protéger d’une destruction accélérée, de l’érosion et des graffitis. Surnommée El Castillo, elle constitue en effet l’un des plus beaux témoignages du patrimoine culturel de la civilisation maya-toltèque dont l’histoire s’étend sur plus de 1 000 ans. Cette pyramide est classée au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1988 et a été sélectionnée en 2007 pour faire partie des Sept Nouvelles Merveilles du Monde.