Meurtres en série dans la communauté arabe d’Israël

© Facebook / Ali Mogrebi

Les fusillades en pleine rue et les assassinats sont devenues ces dernières années monnaie courante parmi la communauté arabe d'Israël. La population arabe se sent livrée à elle-même face à une criminalité galopante, et beaucoup accusent la police israélienne de ne rien faire pour enrayer ce phénomène.

Les Arabes israéliens sont les Arabes détenteurs de la citoyenneté israélienne vivant en Israël. Un partie de cette population s’identifient comme les “Palestiniens de l'intérieur”, soit les Palestiniens qui sont restés dans la frontières d’Israël après la guerre israélo-arabe de 1948. Ils représentent près de 21% de la population israélienne.

Rackets, assassinats liés à pratique de l’usure, règlements de comptes : cette population subit une violence exacerbée depuis une vingtaine d’années selon une étude réalisée par l’association Baladouna en 2022. En 2021, The Abraham Initiatives, une ONG qui documente les violences dans la communauté arabe, a recensé 126 meurtres, un record. Pour 2022, une association de journalistes palestiniens a recensé 75 personnes tuées, dont 9 femmes, au 19 septembre.

Des vidéos de fusillades sont régulièrement diffusées sur les réseaux sociaux, comme ici où l’on voit un individu descendre d’une moto et tirer sur deux personnes, dans la nuit du 19 septembre. La police israélienne a annoncé l’arrestation du tireur, indiquant qu’il était impliqué dans une fusillade précédente. Trois blessés ont en outre été transportés à l’hôpital.


Lire la suite sur OBSERVER

Lire aussi:
Israël : dans la ville mixte de Lod, la peur d’une "expropriation silencieuse" des Palestiniens