Meurtre de Sophie Toscan du Plantier : Ian Bailey va pouvoir rester libre en Irlande

·2 min de lecture

Jugé et condamné en son absence à Paris selon la procédure du "défaut criminel", le britannique Ian Bailey va pouvoir continuer sauf coup de théâtre à vivre libre en Irlande, l'Etat ayant décidé ne pas contester le rejet de son extradition.

Malgré sa condamnation en France à 25 ans de prison pour le meurtre de Sophie Toscan du Plantier, le britannique Ian Bailey va pouvoir continuer sauf coup de théâtre à vivre libre en Irlande, l'Etat ayant décidé ne pas contester le rejet de son extradition. Condamné le 31 mai 2019 en son absence par la cour d'assises de Paris Ian Bailey, journaliste indépendant de 63 ans, a toujours clamé son innocence du meurtre de la productrice de 39 ans. Le corps de la victime, épouse du producteur de films Daniel Toscan du Plantier, décédé en 2003, avait été découvert au matin du 23 décembre 1996 par une voisine, en contrebas de sa maison isolée de Schull, sur la côte sud-ouest de l'Irlande.

Le 12 octobre dernier, la justice irlandaise a refusé pour la troisième fois la demande des autorités françaises d'extrader Ian Bailey, visé par un mandat d'arrêt. Comme lors des deux premiers refus, la Haute Cour de Dublin a notamment invoqué l'absence de réciprocité en la matière. Le juge avait fixé un délai de deux semaines pour un éventuel appel contre cette décision, mais selon l'avocat de Ian Bailey, Frank Buttimer, le conseil de l'Etat irlandais, qui agit pour la France dans le cadre de cette procédure, a fait savoir à la Haute Cour de Dublin qu'il n'entendait pas contester la décision.

À lire : Notre rencontre exclusive avec Ian Bailey

La famille de Sophie Toscan du Plantier "n'est absolument pas étonnée"

"Sauf événement extraordinaire, c'est la fin du cauchemar de l'extradition" pour Ian Bailey, a déclaré mardi à l'AFP son avocat, évoquant le "soulagement énorme" de son client. Jugé et condamné en son absence à Paris selon la procédure du "défaut criminel", Ian Bailey ne pouvait pas faire appel du verdict. Mais en cas(...)


Lire la suite sur Paris Match